D'après les données rendues disponibles en ligne sur le portail Index santé, les taux d'occupation des urgences, en milieu de journée samedi, étaient de 126% en Montérégie, 111% dans les Laurentides, 116% à Laval, 101% dans Lanaudière et 98% à Montréal.

Les urgences débordent dans le Grand Montréal

MONTRÉAL — Les urgences de la grande région de Montréal sont dans le rouge, ce week-end. Les taux d'occupation des civières dépassent la capacité maximale d'accueil dans de nombreux hôpitaux sur l'île ainsi que dans les couronnes nord et sud.

D'après les données rendues disponibles en ligne sur le portail Index santé, les taux d'occupation des urgences, en milieu de journée samedi, étaient de 126% en Montérégie, 111% dans les Laurentides, 116% à Laval, 101% dans Lanaudière et 98% à Montréal.

Sur le territoire de la métropole, c'est l'Hôpital général juif qui connaît le plus fort taux d'occupation à 157% de sa capacité. On comptait 78 civières occupées alors que la capacité maximale de l'établissement est de 53 civières. Dans l'ensemble, 15 des 21 établissements de santé montréalais se trouvent en situation d'achalandage élevé ou très élevé.

En Montérégie, c'est à l'Hôtel-Dieu de Sorel que le taux était le plus élevé, à 171%. L'Hôpital du Suroît, à Salaberry-de-Valleyfield, a également été pris d'assaut, à 166%, devant le Centre hospitalier Anna-Laberge avec un taux de 138%. Dans le cas du Suroît, 32 patients s'y trouvaient depuis plus de 24 heures et 16 patients depuis plus de 48 heures.

Selon la porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Ouest, Jade St-Jean, on aurait fait face à «un nombre d'ambulances très élevé comparativement à l'habitude».

«On parle de chutes et d'accidents. On commence à voir quelques cas de gastro et le début de l'influenza également. C'est un amalgame de toutes ces raisons qui cause la hausse», explique-t-elle.

Allez voir ailleurs

Prévoyant le coup, la direction du CISSS la Montérégie-Ouest a diffusé un communiqué de presse dans lequel elle invite la population à évaluer leur état en cinq étapes avant de se rendre à l'urgence.

On suggère d'abord et avant tout de communiquer avec Info-Santé au 8-1-1 afin de faire part de ses symptômes à une infirmière. En deuxième lieu, on invite les gens à parler à leur pharmacien de leurs symptômes. La troisième option serait de s'adresser à son médecin de famille. Le quatrième choix serait de visiter une clinique sans rendez-vous et si votre région dispose de cliniques hivernales, on vous y convie en cinquième recours.

Finalement, si votre état ne s'améliore pas et qu'aucune des cinq options précédentes n'a pu vous permettre de parler à un professionnel de la santé, l'urgence peut représenter votre ultime option. Le CISSS de la Montérégie-Ouest insiste cependant sur le fait que seuls les «cas de complications importantes» devraient se retrouver aux urgences.

Par ailleurs, Jade St-Jean prévient les patients qui ont l'intention de se rendre à l'urgence avec des symptômes grippaux que leur cas ne sera pas considéré urgent.

«Les personnes qui sont vulnérables, les personnes âgées qui ont plus de 75 ans, eux peuvent avoir des complications. Pour un adulte en bonne santé, la maison demeure le meilleur endroit», note-t-elle.

À l'autre extrémité de la région, en Montérégie-Est, l'Hôtel-Dieu de Sorel en avait plein les bras. D'après le directeur adjoint aux communications, relations médias et ministérielles, du CISSS, Sylvain Dubé, il s'agirait d'une accumulation de divers cas qui se sont présentés au cours des derniers jours, sans véritable point commun.

«Quand il fait froid, des fois ce sont des problèmes cardiaques, des fois ce sont des problèmes respiratoires. C'est un peu de tout, mais on n'a rien de spécifique encore. Le gros de la grippe n'est pas commencé. Habituellement c'est après les fêtes que l'on voit ça, quand on se serre les mains et qu'on s'embrasse!» explique M. Dubé. On s'attendait toutefois à une amélioration à Sorel, en fin de journée, puisque neuf patients devaient être déplacés vers des chambres aux étages.

Sylvain Dubé suggère aux gens incommodés par des symptômes grippaux de se rendre d'abord chez un pharmacien. «Les pharmaciens maintenant, ils sont tellement capables! Si vous avez un rhume, une grippe, allez voir le pharmacien. Il va vous aider et c'est très rapide», mentionne-t-il.

Du côté de Lanaudière, bien que le Centre hospitalier régional de Lanaudière affiche un taux d'accueil de 127%, le CISSS de la région a commenté par courriel que «les deux salles d'urgence [...] n'ont pas de problème d'achalandage actuellement».

Ailleurs au Québec, les régions du Centre-du-Québec, de Chaudière-Appalaches, de l'Estrie, de la Mauricie et de l'Outaouais affichaient des taux qualifiés d'«élevés», mais dans une moindre mesure.

La situation est considérée comme «normale» dans les régions de l'Abitibi-Témiscamingue, du Bas-Saint-Laurent, de la Capitale-Nationale, de la Côte-Nord, de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

***

LES URGENCES LES PLUS OCCUPÉES (à 14h samedi)

Montérégie

171% Hôtel-Dieu de Sorel

166% Hôpital du Suroît

138% Centre hospitalier Anna-Laberge

Montréal

157% L'Hôpital général Juif Sir Mortimer B. Davis

15 des 21 établissements de santé sont en situation d'achalandage élevé ou très élevé

Laurentides

131% Hôpital de Saint-Eustache

Lanaudière

127% Centre hospitalier régional de Lanaudière

Laval

116% Hôpital Cité de la Santé