Roberto Luongo fait maintenant officiellement partie des grands de l’histoire sportive du Sud de la Floride.

Les Panthers honorent Roberto Luongo en retirant son chandail

SUNRISE, Fla. — Roberto Luongo a porté le numéro un parce qu’il croyait qu’il signifiait qu’il était le meilleur à tous les niveaux.

Pour les Panthers de la Floride, personne n’a été meilleur.

«Numéro un dans vos programmes de match, numéro un dans vos coeurs», a dit Luongo.

Et maintenant, son numéro un est installé dans les hauteurs du BB&T Center.

Le chandail de Luongo a été officiellement retiré par les Panthers lors d’une cérémonie samedi, devenant le premier joueur à recevoir cet honneur dans l’histoire de l’équipe. La cérémonie a eu lieu avant le duel contre le Canadien de Montréal.

Lors de son discours d’environ 12 minutes, Luongo a parlé en anglais, en français et en italien. Les émotions ont pris le dessus au moment de parler de son épouse, Gina, qu’il a rencontrée alors qu’il portait déjà les couleurs des Panthers. Leur famille est installée à Parkland, en Floride, depuis plusieurs années. Luongo fait maintenant partie de la direction des Panthers et il espère ne jamais quitter l’organisation.

«Pour conclure, j’aimerais remercier les partisans, a dit Luongo. Merci tout le monde. Quelle belle aventure! Encore aujourd’hui, c’est toujours spécial de vous rencontrer, de vous parler quand nous nous croisons dans la communauté ou à l’épicerie. Vous m’appuyez depuis la première journée et je suis honoré d’avoir pu vivre cette aventure avec vous. Je vous remercie pour votre appui au fil des ans.

«Certains moments ont été phénoménaux, d’autres plus difficiles. Mais vous m’avez toujours appuyé et c’est quelque chose que j’apprécie sincèrement.»

Luongo aurait aimé soulever la coupe Stanley pendant ses années avec les Panthers. Il n’y est jamais arrivé. Maintenant, il espère pouvoir le faire en tant que membre de la direction de l’équipe.

«Nous allons le faire ensemble», a dit le propriétaire des Panthers, Vincent Viola.

Luongo a fait son entrée sur la patinoire sous My Way, de Frank Sinatra - une manière symbolique d’honorer les racines italiennes de Luongo et de rappeler qu’il a vraiment fait les choses à sa façon, accrochant ses patins avec encore trois années à son contrat.

Plusieurs personnes ont pris la parole pendant la cérémonie, dont l’entraîneur des gardiens de longue date des Panthers Robb Tallas. Il a côtoyé Luongo pendant plusieurs de ses moments forts et il était à l’autre bout de la patinoire le 27 décembre 1999, quand Luongo a fait ses débuts dans la LNH avec les Islanders de New York, face aux Bruins de Boston.

Ce soir-là, Luongo a réussi le premier de ses 82 blanchissages en carrière, incluant les séries éliminatoires.

«Au cours des 20 dernières années, ‘Lu’ a travaillé sans relâche afin d’être le meilleur», a dit Tallas.

Luongo fait maintenant officiellement partie des grands de l’histoire sportive du Sud de la Floride, aux côtés de Dwyane Wade, avec le Heat de Miami, et Dan Marino, avec les Dolphins de Miami.

Il a accepté cette place parmi les légendes locales en faisant preuve d’humilité.

«Le Sud de la Floride est ma maison, a dit Luongo. Je vais être ici pendant longtemps. J’ai fait ce que j’ai pu non seulement sur la patinoire, mais aussi à l’extérieur. J’ai l’intention de continuer à faire de la sorte.»