Dans un sondage réalisé pour Exportation et développement Canada, quelque 28 % des 1000 exportateurs interrogés ont déclaré que les négociations de l’ALÉNA avaient eu une incidence négative sur leurs activités au Canada.

Les négos de l’ALENA nuisaient aux exportateurs canadiens même avant les tarifs

OTTAWA — Un nombre croissant d’exportateurs canadiens estimaient que les négociations sur l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) avaient un impact négatif sur leurs activités avant même que le différend commercial avec les États-Unis ne s’intensifie dans les dernières semaines.

Dans un sondage réalisé pour Exportation et développement Canada, quelque 28 pour cent des 1000 exportateurs interrogés ont déclaré que les négociations de l’ALÉNA avaient eu une incidence négative sur leurs activités au Canada.

Cette proportion était en hausse par rapport à celle de 23 % constatée dans une enquête précédente.

Toutefois, l’enquête semestrielle a révélé que la confiance commerciale d’ensemble était passée de 73,5 % à 76,5 % dans le sondage précédent.

Le sondage a été effectué du 18 avril au 11 mai, avant que les États-Unis mettent fin à une exemption pour le Canada sur les tarifs imposés aux importations d’acier et d’aluminium.

Depuis l’entrée en vigueur des droits sur les exportations canadiennes de ces métaux, à la fin mai, le Canada a imposé des tarifs de représailles sur l’acier et l’aluminium provenant des États-Unis, ainsi que sur une vaste gamme de biens de consommation. Les États-Unis ont pour leur part menacé d’imposer des tarifs additionnels au secteur automobile.