Plusieurs personnes étaient surprises d’apprendre que la conseillère gatinoise Nathalie Lemieux remet en doute la rotondité de la Terre. Pourtant, une courte recherche aurait pu faire allumer des signaux d’alerte.

Le village de Nathalie Lemieux [ANALYSE]

ANALYSE / À quelle Nathalie Lemieux les Gatinois auront-ils droit lorsque la conseillère municipale de Touraine reviendra à la table du conseil ? À la jeune femme souriante qui prend très rarement la parole et dont le malaise a toujours été évident devant les médias, ou celle que pourrait laisser présager sa plus récente photo de profil sur son compte Facebook personnel ; une guerrière, épée et bouclier au poing, prête à terminer la bataille polarisante qu’elle a entamée ?

Et d’abord, reviendra-t-elle ?

Pour l’instant, Mme Lemieux est la seule à savoir. Elle a coupé tout contact avec ses collègues du conseil municipal. Les demandes d’entrevue ont toutes été rejetées. Son attaché de presse a averti les médias qu’il la larguait et qu’il se dissociait complètement des positions de sa cliente.

Si retour il y a, le président du conseil, Daniel Champagne, n’aura d’autre choix que de le préparer. À part le conseiller Mike Duggan qui a eu plutôt tendance à dépeindre Mme Lemieux comme une victime de l’acharnement des médias, les autres membres du conseil municipal condamnent sans détour les propos de la conseillère sur l’intégration de la communauté musulmane.

La nouvelle photo de profil de Nathalie Lemieux sur son compte Facebook

Quant aux sérieux doutes qu’entretient la conseillère de Touraine sur la rotondité de la Terre, personne n’a jugé pertinent d’en rajouter, mais plusieurs se sont montrés surpris et surtout inquiets devant le niveau de crédulité de leur collègue face à une théorie aussi farfelue que celle voulant que notre planète soit plate. Les Gatinois sont en droit de s’attendre à un certain niveau d’esprit critique de la part de ceux qu’ils choisissent comme représentants.

Ses appuis

Les élus n’ont pas perçu les excuses auxquelles ils s’attendaient dans la lettre publiée lundi par Mme Lemieux. Il s’agit encore à ce jour de la seule réaction publique de la conseillère. Une phrase, à la fin de la lettre, en dit long sur l’analyse que Mme Lemieux fait de ses propres propos. « Merci à tous les gens de partout au Québec qui ont pris le temps de m’écrire. Votre support est précieux pour moi et je l’apprécie vraiment beaucoup. »

À quels appuis fait référence Mme Lemieux ? À celui de Roch, qui comme des centaines d’autres est passé par Facebook pour écrire « t’aurais pas dû lâcher, sa prouve comment on est rendu faible en face des immigrés » ? À celui de Luc qui lance « FÉLICITATION vous pouvez être fière de vous, ne lâcher surtout pas svp, et rester de bout devant Mohamed Jobin » ? Ou encore à celui de Kevin qui écrit « Ahhhh les merdias gauchistes commencent a chercher des poux et faire des liens tordues en plus de tenter de discriditer la conseillère en dictent la façon de penser… du classique pur et dur » ?

Si c’est sur ce type d’appuis qui versent parfois carrément dans la haine que Mme Lemieux entend s’appuyer en revenant à la table du conseil, la réintégration sera difficile, voire carrément impossible. Mme Lemieux n’est pas conseillère d’Hérouxville. Il y a dix fois plus de gens de confession musulmane à Gatineau que de population tout court dans ce petit village de la Mauricie.

Passée entre les mailles

Des questions se posent sur la façon dont Nathalie Lemieux, néophyte en politique, a pu gravir les échelons du pouvoir à Gatineau. En plus de son titre de mairesse suppléante, la conseillère siégeait au comité exécutif depuis son élection. Le maire Maxime Pedneaud-Jobin ne peut pas être blâmé pour les propos de Mme Lemieux, mais c’est de sa faute si c’est de la bouche d’une mairesse suppléante que ces commentaires sont venus.

Lors de la dernière campagne électorale, l’ancien conseiller de Touraine et ex-candidat à la mairie, Denis Tassé, n’a pas hésité à lui donner son appui, à la présenter aux individus influents de son quartier et à en faire sa dauphine.

Les conseillers Daniel Champagne et Gilles Carpentier sont ceux qui ont attiré Mme Lemieux en politique, alors qu’ils tentaient de réunir une équipe de conseillers indépendants. Ils l’ont prise sous leur aile après son élection en 2017. Les électeurs de Touraine lui ont pour leur part fait confiance en grand nombre. Ça fait beaucoup de gens surpris aujourd’hui.

Pourtant, une courte recherche sur les réseaux sociaux utilisés par la conseillère aurait pu faire allumer quelques signaux d’alerte. On ne peut pas juger quelqu’un aux pages Facebook qu’il suit, mais de savoir que Mme Lemieux avait un intérêt particulier pour Marine Le Pen aurait pu permettre au conseil de la questionner sur sa vision du vivre-ensemble avant d’adopter sa nomination comme représentante du maire. D’apercevoir Nomos-TV, la Flat Earth Society, l’Official Flat Earth Canada et la Geocentric Society au nombre des sources d’informations consultées par la conseillère aurait pu faire douter le maire avant de la nommer à des fonctions exécutives.

D’anciens candidats à la mairie comme Clément Bélanger et Jacques Lemay ont passé pour des originaux par le passé en promettant respectivement une cabane à sucre urbaine sur le terrain de Guertin et des montagnes russes près de la montée Paiement. Quelle aurait été la réaction des électeurs s’ils avaient su que Nathalie Lemieux pense que la Terre est plate ?