L’administration Trump impose depuis le mois de mai des tarifs douaniers de 25 pour cent sur les importations canadiennes d’acier et de 10 pour cent sur les produits d’aluminium.

Le syndicat des Métallos presse Ottawa de refuser les tarifs sur l'acier

MONTRÉAL - Le Syndicat des Métallos demande au gouvernement fédéral de ne pas signer le nouvel accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC), «tant et aussi longtemps que les tarifs et les quotas américains sur les produits d’acier et d’aluminium seront sur la table».

L’administration Trump impose depuis le mois de mai des tarifs douaniers de 25 pour cent sur les importations canadiennes d’acier et de 10 pour cent sur les produits d’aluminium.

Le gouvernement libéral fait face à des critiques depuis la signature de l’AEUMC, à la fin du mois de septembre, parce qu’il n’a pas réussi à éliminer ces tarifs américains.

Vendredi, le sous-ministre mexicain du Commerce, Juan Carlos Baker, a déclaré que le Mexique ne signera pas le nouvel accord commercial nord-américain tant que les États-Unis n’auront pas éliminé les tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium pour ses deux voisins.

M. Baker a précisé que, pour le gouvernement mexicain, ce problème devait être résolu avant la ratification de l’AEUMC.

L’adjoint au directeur du Syndicat des Métallos, Dominic Lemieux, se dit «content» de cet appui, mais il n’est pas rassuré pour autant.

«C’est très inquiétant pour nous. Le Canada doit mettre son pied à terre», a-t-il affirmé en entrevue à La Presse canadienne. C’est comme si on allait signer une convention collective, en disant qu’on va régler les salaires plus tard. Mais non, il faut profiter du rapport de force qu’on a présentement pour régler la question des quotas et des tarifs», illustre M. Lemieux.

Ce dernier précise que les quotas, qui limitent les niveaux d’exportations à ceux en cours actuellement, feront tout aussi mal à l’industrie que les tarifs douaniers.

«Quand on arrête de croître, de faire grandir la production, c’est le début de la fin à petit feu», s’inquiète M. Lemieux.

Selon le sous-ministre mexicain, une signature de la nouvelle entente pourrait survenir le 29 ou le 30 novembre.

Depuis le 25 octobre, le gouvernement Trudeau impose à son tour une surtaxe de 25 pour cent sur certains produits d’acier étrangers afin d’empêcher le dumping.

Cette surtaxe sera en vigueur pendant 200 jours, dans l’attente des conclusions d’une enquête du Tribunal canadien du commerce extérieur afin de déterminer si des mesures de sauvegarde définitives sont justifiées.

Le Canada a aussi commencé à imposer, il y a plus de trois mois, des droits de douane sur des marchandises américaines d’une valeur de 16,6 milliards $ en guise de représailles aux tarifs américains sur l’acier et l’aluminium en provenance du Canada.

Dans un communiqué publié récemment, le directeur québécois des Métallos, Alain Croteau, saluait l’aide financière versée par le gouvernement fédéral aux producteurs d’acier et d’aluminium pour aider l’industrie. Ainsi, ArcelorMittal recevra la somme de 49,9 millions $ pour moderniser ses installations. «Mais Ottawa doit aller plus loin en refusant les tarifs et les quotas», a souligné M. Croteau.