Claire Samson a manifesté son désir de quitter la politique, lorsque François Legault ne lui a pas confié un ministère.

Le prix des égos blessés

Il faudra bien un jour finir par trouver réponse au scandale de ces élus qui démissionnent et provoquent des élections partielles parce que déçus du résultat de l’élection ou de leur rôle au sein du gouvernement.

Cela vaut aussi pour ces élus qui se lassent de leur fonction, ne se plaisent plus dans leur équipe ou entendent le chant des sirènes d’un meilleur job ailleurs.

Après Philippe Couillard au lendemain de la dernière élection, on apprend que la députée de la CAQ Claire Samson, meurtrie la pauvre de ne pas avoir été appelée au conseil des ministres, songe à démissionner. L’évocation de soudains problèmes de santé ne dupe personne.

Pendant 39 jours (et bien davantage), Philippe Couillard et Claire Samson ont fait campagne, le cœur sur la main, en disant aux citoyens de Roberval et d’Iberville vouloir continuer à les servir. 

Ces citoyens y ont cru et leur ont accordé leur confiance.

On mesure aujourd’hui la sincérité de ce désir de service public (ou de son absence). Ce qu’ils voulaient dire par servir, c’était servir leurs intérêts propres d’abord ou ceux de leur parti, dans un rôle qui soit à la hauteur de leur égo et de leur ambition.

Après la cinglante défaite, on peut comprendre que M.Couillard ait souhaité quitter la direction de son parti. S’il ne l’avait pas fait de lui-même, d’autres lui auraient sans doute indiqué la porte.

Mais rien ne l’empêchait d’honorer son contrat social avec les électeurs de Roberval. Rien sinon sa fierté et blessée.

Le même motif pousse aujourd’hui la députée Samson à envisager son départ.

On peut comprendre que des motifs de santé ou d’urgence familiale puissent contraindre un élu à quitter prématurément son poste. Ceux-là ont toute notre empathie.

Mais comment éviter ces départs pour cause de lassitude, d’égos froissés ou d’appétit pour un autre job vu comme plus stimulant ou plus payant?

Il y en a eu plus d’une dizaine dans le précédent mandat : Yves Bolduc, Marguerite Blais, Gilles Ouimet, Robert Dutil, Stéphane Bédard, Élaine Zakaïb, Christian Dubé, Gérard Deltell, etc.

On pourrait inclure dans cette liste le nouveau ministre Jonatan Julien qui a quitté Équipe Labeaume puis son poste de conseiller, ce qui entraîne une élection partielle à la charge des citoyens.

Et voici que ça recommence. Couillard, Samson peut-être et qui d’autre ensuite?

Il en coûte chaque fois entre 500 000 $ et 600 000 $ pour tenir une élection partielle.

L’abolition en 2015 de la prime de départ pour démission hâtive sans motif de santé ou de famille fut un premier pas, mais à l’évidence, ça ne suffit pas. Et ça n’empêche pas surtout la dépense des partielles.

Comment l’éviter? Il y a déjà quelques modèles établis qui pourraient nous inspirer. J’y ajoute ici quelques idées et peut-être en aurez-vous d’autres et de meilleures, vous me le direz.

1. Remplacer le démissionnaire par un substitut du même parti (sorte de colistier) qui serait élu conjointement le jour le l’élection. Cela existe en France et a l’avantage de respecter la volonté démocratique des citoyens.


2. Remplacer le démissionnaire par un député de même couleur d’une autre circonscription qui cumulerait les rôles.
Il en résulte un déficit de représentation politique pour cette circonscription, mais pour les services directs aux citoyens, le personnel du bureau du député peut compenser.


3. Remplacer le démissionnaire par le candidat arrivé deuxième à l’élection. Ce serait une bonne leçon, non?
Encore faudrait-il que ce deuxième soit encore intéressé et disponible au moment où le siège deviendrait libre. Cela pose par contre un problème de légitimité. Une circonscription serait représentée par une personne et/ou un parti dont les électeurs ne voulaient pas.


4. Tenir une élection partielle et faire payer celle-ci par le démissionnaire en prélevant si nécessaire sur son salaire futur. Il y penserait deux fois avant de partir pour des motifs discutables.
Ou alors, on pourrait faire payer le parti dont il est issu, même si celui-ci n’est pas toujours responsable des départs hâtifs.
L’inconvénient à empêcher des départs hâtifs serait de devoir endurer (davantage) de députés grincheux ou démotivés à l’Assemblée nationale. Il n’y a pas de démocratie parfaite. On peut cependant viser à en éliminer les irritants qui discréditent le métier d’élu et nourrissent le cynisme.

----
À la lecture de la chronique de vendredi sur les arbres abattus sur la Promenade Samuel de Champlain, plusieurs lecteurs m’ont souligné (avec raison) que l’eau du fleuve n’est pas salée à cet endroit. L’argument voulant que les arbres abattus étaient affaiblis par l’air salin du fleuve ne tient donc pas la route. Il aurait fallu dire que ces arbres étaient affaiblis par les embruns salins (sel de déglaçage du boulevard Champlain) et par le climat du fleuve et le corridor de forts vents sur la promenade. Voilà. C’est plus clair?

Je vous dis ça comme ça. Le Canadien National, propriétaire du pont de Québec, rapporte un bénéfice net record de 1,13 milliard $ pour le trimestre qui a pris fin le 30 septembre dernier (+ 18 % par rapport à 2017).

Ce trimestre fut le meilleur de l’histoire du CN sur le plan du chiffre d’affaires.

«Plus qu’un chemin de fer», peut-on lire en entête du récent rapport adressé aux investisseurs.

En effet. Le CN est plus qu’un chemin de fer, c’est une machine à imprimer de l’argent. Pendant que ses ponts rouillent.