Le plastique jetable a été banni des installations du parc national de la Yamaska. Les produits de remplacement peuvent être recyclés ou compostés à 100 %.

Le plastique jetable banni du parc national de la Yamaska

Le parc national de la Yamaska a mis dehors le plastique jetable et plusieurs autres produits à consommation unique. Depuis lundi, Jour de la Terre, il ne reste plus aucune trace des bouteilles contenant eau et jus. Les brosses à dents en plastique, les ustensiles jetables et les pailles ont aussi disparu.

Ce grand virage vert a débuté cet hiver, alors qu’une vente de tous ces produits néfastes pour l’environnement a été organisée. Il était hors de question de s’en débarrasser en les mettant à la poubelle, expose le directeur du parc, Alexandre Brousseau. Des produits de remplacement ont été trouvés pour la plupart des produits et contenants. Par exemple, certains ont été convertis pour des contenants 100 % compostable, souligne M. Brousseau, tandis que d’autres ne seront tout simplement pas remplacés.

« Tout ce revirement nous a fait nous poser beaucoup de questions parce que, souvent, on cherche des articles de remplacement. La vraie question : est-ce nécessaire d’avoir un article de remplacement? Pour l’eau, on a des bouteilles réutilisables, on a des abreuvoirs, on a une eau de super qualité au parc. On ne devrait pas aller vers des produits connexes. »

Une période de grâce d’un an est tout de même accordée aux visiteurs pour l’eau. « On a trouvé une sorte de tétra pak dont le contenant est 100 % recyclable et le bouchon est fait de fibres de canne à sucre, donc il est compostable, mentionne M. Brousseau. La compagnie Flow, en Ontario, est à seule à fabriquer ce type de contenant là. Ça nous permet de faire la transition pour la première année parce qu’il y a des gens qui vont arriver au parc sans être au courant et qui n’auront pas leur bouteille. »

Après un an, les clients devront avoir leur bouteille réutilisable ou en acheter une sur place. Une dizaine d’abreuvoirs sont à la disposition des visiteurs et de nouveaux seront installés dans les prochains mois.

Des breuvages en cannette d’aluminium, un contenant complètement recyclable, on prit la place des autres bouteilles de plastique, autant en boutique que dans les distributeurs.

Les brosses à dents ont été remplacées par des brosses à dents de bambous. Des ustensiles de bambous sont dorénavant dans les étalages. Les pailles ne sont quant à elles plus disponibles.

Suremballage

Le parc a décidé de lutter contre le suremballage. « On essaie d’aller chercher des fournisseurs qui vont nous envoyer des produits qui ne sont pas suremballés. On se concentre beaucoup là-dessus. », indique M. Brousseau.

Les activités offertes aux enfants intégreront aussi des notions éducatives sur l’écoresponsabilité, afin de les faire réfléchir et de sensibiliser les adultes autour d’eux.

Ces différentes initiatives s’ajoutent aux à celles déjà entreprises par le passé, comme l’acquisition de véhicules électriques ou l’installation de compteurs d’eau pour détecter rapidement les fuites d’eau.

Défi du virage vert

Alexandre Brousseau profite de la Semaine de la Terre pour lancer le défi du virage vert aux autres entreprises et organismes de tourisme de la région et de l’extérieur.

Il les invite à entrer « dans cette dynamique d’écochangement. On ne peut pas tout changer du jour au lendemain, mais il faut commencer. Je pense que les entreprises touristiques sont un bon médium. [Avec tous les touristes qui passent], je pense qu’on est une belle vitrine pour emboiter le pas. »