La détection du virus de l’influenza connaît une baisse depuis maintenant trois semaines.

Le pic de la grippe derrière nous

Le pic de grippe pourrait être enfin derrière nous, confirme le dernier bulletin publié par le ministère de la Santé.

L’activité grippale est demeurée très élevée entre le 28 janvier et le 24 février, alors que la proportion de détection du virus en laboratoire a oscillé entre 36 % et 39 %, indique le bulletin Flash grippe publié mercredi. 

La détection du virus de l’influenza connaît toutefois une baisse depuis maintenant trois semaines, «ce qui nous permet de croire que le pic épidémique pourrait finalement être derrière nous», se réjouit le ministère de la Santé. 

Au cours de ces trois semaines, le taux de détection de la grippe est passé d’un pic de 39 % à 35 %, puis à 33 %, avant de s’établir à 29 % au cours de la semaine du 4 au 10 mars. L’activité grippale reste néanmoins encore élevée, souligne le ministère. Selon lui, il faudra attendre encore quelques semaines, «probablement jusqu’à Pâques», avant que l’activité grippale ne redescende à un niveau faible. 

Le ministère ne recommande plus la vaccination systématique, mais estime qu’elle demeure indiquée pour les bébés âgés de 6 à 23 mois, les enfants de 2 à 17 ans présentant un risque élevé de complications et les personnes nouvellement admises dans un CHSLD. L’efficacité du vaccin cette année varie de 17 % pour le virus de type A à 55 % pour le virus de type B.

La circulation concomitante des virus de type A et de type B a eu des répercussions importantes dans les CHSLD, alors qu’on a observé depuis le début de la saison pas moins de 404 éclosions de grippe dans ces établissements, contre en moyenne 306 pour les trois dernières saisons grippales. Les proportions de patients ayant contracté le virus et qui ont dû être hospitalisés ou qui en sont décédés restent toutefois similaires à celles des années antérieures, note le ministère.