Sœurs Rachel Lemieux et Denise Pomerleau, des Petites Sœurs de la Sainte-Famille, l’abbé Guy Boulanger et le muséologue Michel Forest posent devant une partie du musée dédiée à Marie-Léonie.

Le musée Marie-Léonie accueillera ses premiers visiteurs dimanche

Une nouvelle page de l’histoire des Petites Sœurs de la Saint-Famille sera écrite, dimanche, alors qu’un musée dédié à l’œuvre de la bienheureuse Marie-Léonie Paradis accueillera ses premiers visiteurs à l’intérieur de la basilique-cathédrale Saint-Michel.

Quatre des dix alcôves que l’on retrouve de chaque côté de la nef ont en effet été aménagées de façon à rendre hommage à l’œuvre de la fondatrice des Petites Sœurs de la Sainte-Famille.

Lire aussi: Mère Marie-Léonie, plus accessible que jamais

Marie-Léonie repose dans une châsse conçue pour elle

L’inauguration protocolaire de l’espace muséal a eu lieu jeudi à basilique-cathédrale en présence de la supérieure générale de la communauté Sr Rachel Lemieux, de la directrice du Centre Marie-Léonie Paradis, Sr Denise Pomerleau, de l’abbé Guy Boulanger, chancelier de l’archevêché, ainsi que du muséologue Michel Forest.

Outre les reliques de Marie-Léonie, on y retrouve différents artéfacts en lien avec la présence de cette communauté dans l’histoire du diocèse de Sherbrooke. Invité à participer à l’élaboration du projet, le muséologue Michel Forest a indiqué qu’il a voulu se servir de l’espace pour donner la parole aux religieuses afin que le public puisse se familiariser avec leur réalité.

« J’ai d’abord voulu faire parler mère Marie-Léonie, a-t-il précisé. Les visiteurs vont voir qu’il y a des citations d’elle sur les murs. Mais j’ai aussi voulu faire parler les sœurs elles-mêmes, pour montrer aux gens que la communauté des Petites Sœurs de la Sainte-Famille a continué d’exister et de prospérer, même au niveau international, bien après le décès de mère Marie-Léonie », a-t-il ajouté.  

À titre de chancelier de l’archevêché, l’abbé Guy Boulanger s’est réjoui du fait que le musée souligne la contribution souvent effacée des Petites Sœurs de la Sainte-Famille à l’échelle du diocèse.

« La présence de ce musée va permettre de rappeler l’esprit et de révéler aux générations qui viennent le bonheur qu’il y a à se mettre au service des autres et ce, même quand c’est fait dans un travail plus concret ou plus discret, mais dans la mesure où c’est motivé dans un amour de Dieu et du monde », a exprimé l’abbé Boulanger.

En tant que supérieure générale de la communauté, sœur Denise Pomerleau a exprimé le fait que l’aménagement du musée reflète à fois l’esprit et la mission de sa communauté.

« Partout où on a été, notre présence a toujours été à la fois discrète et lumineuse. C’est un peu la même chose qu’on retrouve ici. Quand on regarde les chapelles latérales éclairées, ça apporte un peu de lumière dans la cathédrale. J’espère simplement que les visiteurs vont goûter à cette lumière et l’apporter dans leur vie par la suite… », a exprimé Sr Pomerleau.

Sœur Marie-Léonie Paradis est considérée comme l’un des personnages importants de l’histoire religieuse du Québec. Décédée en 1912, elle a été béatifiée lors du passage du pape Jean Paul II au Québec en 1984. Elle pourrait éventuellement être canonisée si un second miracle lui était attribué.

La communauté qu’elle a fondée en 1880 compte près de 200 religieuses à la maison-mère de Sherbrooke.