Yves Lévesque

Le maire Yves Lévesque démissionne

Trois-Rivières — Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, annoncera sa démission ce jeudi. Selon ce que Le Nouvelliste a pu apprendre, le conseil municipal de Trois-Rivières est convoqué à l’hôtel de ville jeudi à 10 h pour se faire confirmer la nouvelle.

Cette nouvelle, qui a littéralement l’effet d’une bombe à Trois-Rivières, arrive au moment où les spéculations allaient bon train concernant l’avenir du maire à l’hôtel de ville.

On se souviendra qu’Yves Lévesque avait pris un congé de maladie, sous recommandation de ses médecins, au début du mois d’octobre. Son agenda indiquait qu’il devait revenir au travail dès le début janvier, même si ce retour demeurait à la discrétion de ses médecins.

Selon nos sources, cette réunion extraordinaire du conseil municipal, en plein milieu du congé des Fêtes, aura pour principal objet à l’ordre du jour la démission d’Yves Lévesque de son poste de maire. 

Sa tâche devrait être assurée, jusqu’à la tenue d’une élection partielle, par la mairesse suppléante désignée, Ginette Bellemare, qui assumait l’intérim depuis le départ du maire en octobre.

Toutefois, impossible pour le moment de dire quelles seront les aspirations politiques d’Yves Lévesque. Serait-il finalement tenté par un saut en politique fédérale pour le Parti conservateur? 

En date d’aujourd’hui, nos sources ne confirment aucune intention en ce sens, d’autant plus que la dissension des forces conservatrices, avec la démission du député beauceron Maxime Bernier qui a fondé son propre parti, pourrait décourager Yves Lévesque qui n’a jamais caché ses aspirations à une position ministérielle dans un cabinet conservateur.

Selon nos sources, Yves Lévesque n’assistera pas à la rencontre de jeudi matin à l’hôtel de ville. Ce dernier a d’ailleurs préféré partir à l’extérieur de la ville et laisser le soin
à son personnel politique de faire l’annonce de cette décision, qui mettra fin du même coup à près de 25 ans de carrière politique municipale.

Yves Lévesque a effectivement été élu comme conseiller municipal de l’ancienne Ville de Trois-Rivières-Ouest en novembre 1994. À l’élection suivante, en 1998, il est de nouveau réélu conseiller municipal sous l’administration du maire de l’époque, Gaétan Alarie. 

Or, ce dernier a annoncé sa démission en 1999, ce qui a déclenché une élection partielle à la mairie de l’ancienne Ville. C’est à ce moment qu’Yves Lévesque a accédé à la mairie de Trois-Rivières-Ouest.

En 2001, lors du déclenchement des élections devant mener à la création de la nouvelle Ville de Trois-Rivières, avec les fusions de Trois-Rivières, Trois-Rivières-Ouest, Cap-de-la-Madeleine, Pointe-du-Lac, Saint-Louis-de-France et Sainte-Marthe. Yves Lévesque affronte l’ancien maire de Cap-de-la-Madeleine Alain Croteau et le PDG du Grand prix de Trois-Rivières Léon Méthot. 

Yves Lévesque avait alors remporté l’élection à la mairie de la nouvelle grande ville.

Au cours des mandats qui suivront, il aura eu à affronter l’ancien ministre Guy Julien à la mairie en 2005, puis l’architecte André Carle en 2009. Après un mandat plutôt difficile avec la naissance du Groupe des sept, l’élection municipale de 2013 lui apporte cinq adversaires, dont les anciennes conseillères municipales Sylvie Tardif et
Catherine Dufresne, de même que le chef du défunt parti politique Force 3R, Richard Saint-Germain.

Aux dernières élections, Yves Lévesque a dû affronter deux adversaires dont l’ancien conseiller municipal Jean-François Aubin, qui a récemment annoncé son intention d’être sur les rangs lors de la prochaine course à la mairie. Force est de constater que sa campagne électorale débutera plus tôt que prévu, et ce, même si Yves Lévesque avait promis, au soir de son élection en novembre 2017, qu’il compléterait son mandat de 4 ans.

D’autres rumeurs ont également circulé concernant une éventuelle succession à Yves Lévesque. Parmi elles, mentionnons l’ancienne députée de Laviolette et ex-ministre Julie Boulet, l’actuel député fédéral de Trois-Rivières Robert Aubin, l’ancien député de Trois-Rivières Jean-Denis Girard de même que le conseiller municipal François Bélisle qui n’a pas caché être en réflexion quant à l’idée. Le maire Yves Lévesque avait également mentionné qu’il voyait en la conseillère Valérie Renaud-Martin une possible «dauphine» pour les prochaines élections. Cette dernière n’a cependant pas retourné nos appels, mercredi soir…