La cause du déraillement n'est toujours pas connue.

Le déraillement d’un train du CP fait trois morts en Colombie-Britannique

FIELD — Trois membres de l'équipage d'un train de marchandises du Canadien Pacifique sont morts dans un déraillement survenu vers 1h, dans la nuit de dimanche à lundi, au coeur des Rocheuses.

Un représentant syndical a déclaré que le train de marchandises, qui se dirigeait vers l'ouest, a plongé d'un pont de plus de 60 mètres de haut, dans le sud-est de la Colombie-Britannique.

Dans une déclaration transmise tard lundi, le président et chef de la direction du Canadien Pacifique, Keith Creel, a précisé que le convoi avait quitté les rails près de Field, en Colombie-Britannique, tout près de la frontière avec l'Alberta.

Le ministère de l'Environnement de la Colombie-Britannique confirme de son côté que de 30 à 40 wagons transportant des céréales avaient déraillé et que la locomotive avait plongé dans la rivière Kicking Horse.

La cause du déraillement reste à être déterminée. Une équipe du Bureau de la sécurité des transports du Canada a été dépêchée vers le site de l'accident. Le Canadien Pacifique refuse pour sa part de spéculer, disant se concentrer sur la sécurité de ses employés et des premiers répondants.

Greg Edwards, de la section ferroviaire au syndicat canadien des Teamsters, a indiqué que les travailleurs venaient tout juste de prendre en charge ce train à l'est de Field, en Colombie-Britannique. Deux des victimes ont été retrouvées près de la locomotive, dans la rivière Kicking Horse, alors que la troisième se trouvait toujours à l'intérieur de l'engin.

Il s'agit du mécanicien Andrew Dockrell, du chef de train Dylan Paradis et de son stagiaire Daniel Waldenberger-Bulmer, installés à Calgary. M. Edwards soutient que le conducteur comptait plus de vingt ans d'expérience dans les chemins de fer.

Le convoi, qui transportait du grain à destination de Vancouver, était formé de trois locomotives et de 112 wagons — soit moins que les convois habituels de 135 wagons —, a indiqué M. Edwards. Le représentant des Teamsters ignorait si les températures polaires avaient pu jouer un rôle dans l'accident - il faisait autour de -23 dans la nuit de lundi, et -34 avec le refroidissement éolien.

«Le froid n'est pas bon pour les freins, entre autres, mais nous roulons en hiver depuis des années et des années», a rappelé M. Edwards. «Nous avons traversé bien des hivers depuis qu'ils ont inventé le chemin de fer au Canada.»

Selon lui, il sera difficile pour les équipes de recherche et leur matériel d'accéder au ravin où l'accident s'est produit, près des «Tunnels en spirale» entre Field, dans le parc national Yoho, en Colombie-Britannique, et Lake Louise, dans le parc national de Banff, en Alberta. Ces tunnels et ces voies en lacets et en épingles, devenus une attraction touristique dans les Rocheuses, ont été construits il y a 110 ans pour permettre aux convois ferroviaires de traverser en paliers le col Kicking Horse, extrêmement escarpé, au coeur des Rocheuses.

Selon le porte-parole du ministère provincial de l'Environnement, David Karn, rien n'indique pour l'instant qu'il y ait eu un déversement de carburant ou d'autres contaminants dans l'eau de la rivière.

Seize wagons d'un convoi du CP avaient déraillé le 3 janvier dans le même secteur, situé près des «tunnels en spirales». Personne n'avait été blessé dans ce déraillement.

Le syndicat des Teamsters soutient par ailleurs que huit travailleurs des chemins de fer sont morts au Canada depuis novembre 2017.