Les tests se poursuivent sur la cinquième personne, mais cela ne veut pas dire qu’elle est atteinte du virus, a bien fait savoir le ministère de la Santé et des Services sociaux, jeudi en fin de journée.
Les tests se poursuivent sur la cinquième personne, mais cela ne veut pas dire qu’elle est atteinte du virus, a bien fait savoir le ministère de la Santé et des Services sociaux, jeudi en fin de journée.

Le coronavirus 2019-nCoV se cacherait dans les serpents

Jean-Benoit Legault
La Presse canadienne
MONTRÉAL — Le nouveau coronavirus (2019-nCoV) qui circule en Asie proviendrait partiellement des chauves-souris et se serait caché dans les serpents avant de passer aux humains, concluent des chercheurs chinois.

Dans une étude publiée en ligne par le Journal of Medical Virology, les chercheurs de l’Université de Wuhan — la ville où l’éclosion a été détectée pour la première fois — rappellent que les victimes ont fréquenté un marché en plein air où elles ont côtoyé des fruits de mer, de la volaille, des serpents, des chauves-souris et du bétail.

En procédant à une analyse génétique détaillée du 2019-nCoV et en le comparant au profil génétique d’autres virus, les scientifiques concluent que le nouveau virus semble provenir d’une combinaison entre un coronavirus trouvé chez les chauves-souris et un autre coronavirus d’origine inconnue. Le 2019-nCoV se serait ensuite caché dans des serpents avant de sauter aux humains.

«Tout est possible»

«Oui, c’est possible, a commenté par courriel le chercheur Gary Kobinger, du département de microbiologie-infectiologie et d’immunologie de l’Université Laval. Le virus s’apparente aux coronavirus de chauves-souris (nous et d’autres l’avions noté) et selon cette analyse de serpents. Il ne s’agit que de l’origine qui peut dater de plusieurs années/décennies. Tout est possible. Dans tous les cas, la vraie réponse va venir des échantillons récoltés dans le marché et ailleurs (échantillonnage de l’environnement qui inclut les animaux).»

Les chercheurs chinois croient que l’identification des serpents comme étant «fort probablement le réservoir [...] est très importante pour un contrôle efficace de l’éclosion causée par le 2019-nCoV».

L’étude recommande de tester l’efficacité des antiviraux disponibles face au nouveau coronavirus.

+

TESTS NÉGATIFS POUR QUATRE VOYAGEURS QUÉBÉCOIS

Quatre des cinq personnes au Québec qui étaient sous observation relativement au nouveau coronavirus ont reçu des résultats négatifs.

C'est ce qu'a indiqué jeudi soir par courriel le ministère de la Santé et des Services sociaux, précisant qu'un cas demeurait sous observation, mais que «cela ne veut pas dire que cette personne est atteinte du coronavirus nCov19». «Cela veut dire que les tests se poursuivent», a ajouté la porte-parole Marie-Claude Lacasse.

Il n'y a pas de cas confirmé du nouveau coronavirus actuellement au Québec.

«Il est attendu que des cas soient investigués dans les prochains jours/semaines. Cela est normal étant donné la vigilance dont fait preuve le réseau», a précisé le ministère.

La ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, a fait valoir jeudi matin que les établissements étaient prêts pour faire face à la situation.

«Toutes les mesures sont en place pour accueillir, investiguer les personnes qui ont des symptômes qui pourraient s'apparenter au coronavirus. Et il y a aussi des mesures dans les aéroports», a rappelé la ministre.

Elle promet de tenir la population bien au courant des développements.

Les cinq personnes qui étaient sous observation se trouvaient dans trois hôpitaux de Montréal et un hôpital de Québec.

Canada

La ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, a indiqué jeudi que plusieurs personnes au Canada étaient sous observation afin de déterminer si elles ont contracté un coronavirus en provenance de Chine.

Elle a ajouté qu'il n'y avait pas encore de cas confirmés au Canada.

Plus de 800 personnes en Chine sont infectées par le virus, et 25 personnes sont décédées.

La ville au centre de l'épidémie, Wuhan, est en quarantaine, et les autorités sanitaires travaillent à comprendre le virus et à l'empêcher de se propager.

L'Organisation mondiale de la santé envisage de déclarer une urgence sanitaire mondiale en raison de la maladie, qui a commencé en Chine, mais qui se propage maintenant à d'autres pays.

Mme Hajdu a dit qu'il était important d'être prudent, sans être alarmiste, car le Canada travaille avec des partenaires internationaux pour identifier la maladie et déterminer les prochaines étapes à suivre.

Les personnes qui voyagent au Canada depuis l'étranger sont encouragées à déclarer tout symptôme ressemblant à ceux d'une grippe.

Mme Hajdu a indiqué qu'il était trop tôt pour déterminer les mesures supplémentaires qui pourraient être nécessaires. La Presse canadienne

+

LE RISQUE DE CONTRACTER LE CORONAVIRUS AU CANADA DEMEURE FAIBLE, DIT HAJDU

OTTAWA — La ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, a indiqué que plusieurs personnes au Canada étaient sous observation afin de déterminer si elles ont contracté un coronavirus en provenance de Chine.

Mme Hajdu a précisé que cinq ou six personnes, dont au moins une au Québec et une autre à Vancouver, sont sous observation, mais souligne que le risque pour les Canadiens demeure faible.

Elle a ajouté qu'il n'y avait pas encore de cas confirmés au Canada.

Au moins 500 personnes en Chine sont infectées par le virus, et 17 personnes sont décédées.

La ville au centre de l'épidémie, Wuhan, est en quarantaine, et les autorités sanitaires travaillent à comprendre le virus et à l'empêcher de se propager.

L'Organisation mondiale de la santé envisage de déclarer une urgence sanitaire mondiale en raison de la maladie, qui a commencé en Chine, mais qui se propage maintenant à d'autres pays.

Mme Hajdu a dit qu'il était important d'être prudent, sans être alarmiste, car le Canada travaille avec des partenaires internationaux pour identifier la maladie et déterminer les prochaines étapes à suivre.

Les personnes qui voyagent au Canada depuis l'étranger sont encouragées à déclarer tout symptôme ressemblant à ceux d'une grippe.

Mme Hajdu a indiqué qu'il était trop tôt pour déterminer les mesures supplémentaires qui pourraient être nécessaires. La Presse canadienne