La chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, devrait venir annoncer prochainement le candidat dans Chicoutimi-Le Fjord.

Le Bloc québécois a son candidat dans Chicoutimi-Le Fjord

Le Bloc québécois a déniché son candidat en vue de l’élection partielle dans Chicoutimi-Le Fjord. La chef de la formation politique, Martine Ouellet, sera de passage dans la région prochainement afin de dévoiler le nom du candidat retenu.

La candidature retenue a été officialisée par la chef et l’exécutif de Chicoutimi-Le Fjord la semaine dernière, a indiqué la présidente de la circonscription, Élise Gauthier, lors d’une entrevue avec Le Quotidien, dimanche.

Plusieurs noms circulent à l’heure actuelle, mais Mme Gauthier a refusé de confirmer quoi que ce soit, voulant laisser l’annonce à la chef Martine Ouellet, qui doit visiter la région dans environ deux ou trois semaines. Elle a simplement mentionné que la personne choisie – sans préciser s’il s’agit d’un homme ou d’une femme – est un membre de longue date du Bloc québécois dans la région, qui demeure dans la circonscription de Chicoutimi-Le Fjord et qui y a travaillé.

Jean-Marie Claveau et Valérie Tremblay

Le nom de l’ex-député péquiste de Dubuc, et ancien maire de Saint-Félix-d’Otis, Jean-Marie Claveau, est avancé par certains, ainsi que celui de Valérie Tremblay, candidate pour l’Équipe du renouveau démocratique dans le district 8 à Saguenay lors des dernières élections municipales.

Jean-Marie Claveau, qui songeait à effectuer un retour en politique active en briguant l’investiture du Parti québécois dans Dubuc, en vue des prochaines élections provinciales, a annoncé il y a environ deux semaines aux membres de l’exécutif de Dubuc, dont il est président, qu’il avait exclu cette option, après réflexion.

« Il y a d’autres projets qui me sont offerts et que je suis en train d’étudier », a-t-il indiqué, lorsque questionné par Le Quotidien, en refusant de confirmer ou d’infirmer qu’il serait le candidat du Bloc québécois dans Chicoutimi-Le Fjord, ou de préciser la nature des projets qui lui sont proposés.

Valérie Tremblay, enseignante à la Commission scolaire de La Jonquière, a de son côté mentionné dimanche, en soirée, qu’elle ne pouvait rien affirmer pour l’instant.

D’autres noms ont également circulé dernièrement, tels que ceux de Mario Gagnon, de la Caserne de jouets, et de Michel Roche, professeur en science politique à l’Université du Québec à Chicoutimi. Mario Gagnon, qui avait fait part de son intérêt en décembre à se présenter pour le Bloc québécois, a annoncé à la mi-janvier à Martine Ouellet qu’il mettait ce projet de côté, a-t-il expliqué, lorsque joint dimanche. M. Roche a confirmé pour sa part qu’il ne porterait pas les couleurs du parti à l’élection fédérale. 

Robert Bouchard, ancien député du Bloc québécois, et ancien président de la circonscription de Chicoutimi-Le Fjord, a de son côté mentionné qu’il n’avait pas l’intention de sortir de sa retraite.

Candidat choisi par la chef

Martine Ouellet avait rencontré quelques candidats potentiels, lors de ses derniers passages dans la région, en décembre et en janvier, avant de poser son choix. D’autres candidats ont également été rencontrés à Montréal.

La tenue d’une investiture n’a pas été envisagée. « Puisque c’est une partielle, aller en investiture, ça ne semblait pas intéresser Mme Ouellet », a précisé Élise Gauthier.

Toutefois, elle souligne que la candidature proposée par Mme Ouellet, mardi, a été entérinée à l’unanimité par l’exécutif de Chicoutimi-Le Fjord, lors d’une réunion tenue mercredi. 

« On a rencontré cette personne-là et l’exécutif est à 100 % derrière cette candidature », a ajouté celle qui est également porte-parole du parti dans la région et qui a pris part au conseil général du Bloc québécois, samedi, à Drummondville, afin de préparer l’élection partielle, entre autres dossiers.

Le commissaire de la Ligue nord-américaine de hockey, Richard Martel, qui portera les couleurs du Parti conservateur du Canada, est jusqu’à maintenant le seul candidat à s’être lancé officiellement dans la course en vue de l’élection partielle fédérale, dont la date n’est toujours pas connue.