Le commissaire aux langues officielles, Raymond Théberge, en poste depuis janvier, a déposé son premier rapport annuel mardi.

Langues officielles: plus d’attente pour des services en français

OTTAWA - Les francophones doivent attendre plus longtemps que les anglophones pour obtenir des services en français du gouvernement fédéral, selon le commissaire aux langues officielles.

Raymond Théberge, qui est en poste depuis janvier seulement, a déposé son premier rapport annuel mardi.

Des 894 plaintes recevables, plus de la moitié concernent les communications et la prestation de services du gouvernement fédéral.

Le commissaire a fait appel à une agence externe pour tester les services de dix institutions fédérales en personne, au téléphone et en ligne.

Il constate que «le droit de communiquer avec les institutions fédérales et d’en recevoir les services dans la langue officielle de son choix constitue toujours un problème majeur».

Par exemple, deux fois sur trois, les voyageurs francophones dans les aéroports se font répondre en anglais même si les employés de l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien les accueillent avec la formule consacrée «Hello, bonjour» dans 70 pour cent des cas.

Le commissaire émet deux recommandations de nature purement administrative au gouvernement, dont celle de faire un examen des outils d’évaluation des institutions fédérales en matière de langues officielles.

M. Théberge signale également le besoin de réviser la Loi sur les langues officielles, qui aura 50 ans en 2019. Un tel exercice n’a pas été effectué depuis 1988.