Martin Lacasse quitte à son tour les Olympiques de Gatineau.
Martin Lacasse quitte à son tour les Olympiques de Gatineau.

Lacasse quitte les Olympiques, MacMillan arrive

Frôlant des cotes d’écoute record, l’épisode final du feuilleton des Olympiques de Gatineau devait se terminer mercredi avec la démission d’Alain Sear.

Comme si l’auditoire n’avait pas été assez élevé la veille, les producteurs ont décidé d’ajouter un épisode supplémentaire jeudi. Vingt-quatre heures après avoir lui-même annoncé la démission de son directeur des opérations hockey, Martin Lacasse en a fait de même. Le coup de théâtre a été annoncé dans un communiqué envoyé en début de soirée.

Lacasse quitte donc l’organisation une journée après Sear dans ce qui devrait compléter une semaine mouvementée au deuxième étage de l’organisation la plus titrée de la LHJMQ. L’homme d’affaires laisse ainsi son poste de président et de porte-parole du conseil d’administration pour être remplacé par Norman MacMillan, ancien député provincial de Papineau.

À sa retraite, le coloré politicien avait occupé les fonctions de gouverneur du club de 2013 à 2016 avant de laisser son poste pour devenir conseiller spécial du premier ministre Philippe Couillard.

Comme Alain Sear, Lacasse va aussi vendre ses actions et quitter ses fonctions d’administrateur. Pour les huit actionnaires qui restent, le coup de balai est maintenant terminé.

« Cette démission reçue en matinée a été perçue comme une occasion de faire peau neuve et de partir sur de nouvelles bases afin de poursuivre la reconstruction du club de hockey », a avancé le club dans son communiqué préparé par une firme de relations publiques de la région de Québec.

Il a aussi été permis d’apprendre que l’actionnaire François Beaudry devenait président du conseil d’administration de l’organisation. Attention à la distinction. MacMillan n’est pas le président du C.A., mais plutôt de l’organisation. Il jouit d’une belle réputation auprès de la ligue. L’actionnaire Jocelyn Cayer devient quant à lui représentant de l’assemblée des membres de la LHJMQ.

Enfin, il a été ajouté que MacMillan va rencontrer les médias vendredi avant-midi au centre Robert-Guertin afin de présenter Marc Saumier, le nouveau directeur des opérations par intérim.

Le #32 de Saumier avait justement été immortalisé au plafond de Guertin le 5 janvier 2019.

Les rebondissements se sont multipliés chez les Olympiques depuis jeudi de la semaine dernière quand quatre des 10 actionnaires ont manifesté leur intention de sortir Alain Sear de l’organisation après un règne de 15 ans où il avait le contrôle sur presque tout. Les faibles résultats sur la patinoire et des assistances en chute libre ont créé un climat d’insatisfaction chez un petit groupe d’actionnaires. La LHJMQ, Gilles Courteau en tête, avait également montré des signes d’inquiétudes envers l’organisation qui avait déjà été un modèle à suivre.

Arrivée des anciens ?

Le départ du duo Sear/Lacasse pourrait maintenant paver la voie à la rentrée d’un groupe d’anciens joueurs mené par Luc Robitaille. Celui-ci s’était montré récalcitrant à déposer une offre pour venir en aide aux Olympiques tant que ce duo était en place. 

D’ailleurs, le groupe de Robitaille a accéléré son processus d’association avec les Olympiques au cours des derniers jours. Membre du Temple de la renommée du hockey de la LNH et ancien joueur vedette des Olympiques, Robitaille sera justement dans la région au mois de janvier afin de visiter le nouveau Guertin dans le secteur de la Cité. Une offre d’achat d’une partie des actions pourrait être ficelée après cette visite.

Ancien capitaine des Olympiques, gagnant de deux coupes du Président et d’une coupe Stanley, Maxime Talbot accompagnerait Robitaille dans le groupe des anciens tout comme le Gatinois Derick Brassard, des Islanders de New York. José Théodore pourrait aussi se rajouter au groupe. L’ancien gardien des Olympiques et du Canadien de Montréal, notamment, a fait part de son intérêt auprès de Maxime Talbot.

Claude Giroux, Paul Byron et Jean-Gabriel Pageau sont aussi au courant du projet, mais n’ont pas encore fait part de leurs intentions.

+

Le calme après la tempête ?

Les rebondissements spectaculaires se sont poursuivis chez les Olympiques de Gatineau jeudi.

Pendant qu’Alain Sear accordait de multiples entrevues une journée après avoir annoncé sa démission, des jeux de coulisses se poursuivaient dans la passation des pouvoirs. Rapidement, son bras droit, Martin Lacasse, a compris qu’il devait être le prochain à partir. Pour le bien de la bannière, il a imité Sear en rendant sa lettre de démission.

La veille, Lacasse avait insisté pour dire que les neuf actionnaires restants formaient un groupe uni. En réalité, le ménage n’avait pas été complété. Selon les informations du Droit, des jours plus paisibles sont à prévoir.

Marc Saumier sera présenté comme directeur des opérations par intérim vendredi. Les actionnaires vont également confirmer qu’Éric Landry et ses adjoints auront carte blanche au retour du congé de Noël le 27 décembre. Après avoir interrogé les joueurs, le comité de transition des Olympiques a conclu que l’entraîneur-chef n’avait pas les coudées franches avec Alain Sear dans le portrait. On compte donc offrir à Landry l’occasion de travailler à sa guise afin de redresser le club rapidement. Évidemment, si la séquence de 12 défaites devait s’étirer, son sort ne sera pas différent de tous ceux qui n’arrivent pas à trouver la recette gagnante.

Les actionnaires sont maintenant au compte de huit et il est permis de croire que l’harmonie va régner parmi le groupe. En peu de temps, Jocelyn Cayer est parvenu à créer une relation de confiance avec Luc Robitaille. Les deux hommes sont en contact quotidien. Dans l’Est ontarien, Gilles Laplante et Louis Brisson comptent poursuivre leur association avec le club, tout comme Daniel Gingras, un autre qui était en faveur du départ de Sear. Éric Pigeon, Paul Prégent, Gerry Groulx et François Beaudry combineront aussi leurs efforts pour attirer le groupe des anciens joueurs des Olympiques.

Ces huit actionnaires ont de bonnes intentions. Avec les départs d’Alain Sear et de Martin Lacasse, ils pourront prendre plus de place au sein de l’organisation. Le fond du baril a été atteint. Il reste beaucoup de travail à faire pour rétablir la crédibilité du club, mais les changements des derniers jours marquent le début d’un chapitre qui s’annonce prometteur.