Yama Laurent a récolté 60 % du vote lors de la grande finale, dimanche soir.

«La voix» couronne Yama

Sans surprise, Yama Laurent, la candidate d’équipe Garou, a facilement remporté la 6e présentation de «La voix» à TVA, dimanche, récoltant 60% du vote, dans le cadre d’une finale presque exclusivement dédiée à la chanson d’expression française.

«Merci à chacun de vous qui avez voté pour moi, a déclaré souriante et sans pleurer Yama après sa victoire, c’est comme une adoption». La jeune femme originaire d’Haïti aura ainsi fait mentir la fameuse parole d’évangile qui affirme que «les premiers seront les derniers», elle qui avait été la première à fouler les planches des auditions à l’aveugle de la téléréalité musicale, créant immédiatement un buzz qui l’aura mené tout droit à la victoire. 

Comme chanson gagnante, la diva soul de 27 ans a interprété la ballade Un peu de nous, écrite par son coach Garou, pour une prestation qui n’était pas, avouons-le, sa meilleure de la compétition. Mais la vague d’amour du public a été plus forte que tout, et Yama est repartie avec un contrat de disque et une bourse de 50 000 $.

Les autres finalistes, Yann Brassard de Baie Saint-Paul (équipe Alex Nevsky), Jonathan Freeman de Sept-Îles (équipe Éric Lapointe), et Miriam Baghdassarian de Montréal (équipe Lara Fabian), n’ont cependant pas à rougir de leur performance.

Yann Brassard, 24 ans, dit le Michael Jackson de Charlevoix (qui a récolté 13 % du vote), a interprété la joyeuse pièce pop Amanda, écrite par son coach Nevsky, ce qui lui a permis d’utiliser son mouvement de tête signature, et ses pas de danses caractéristiques.

Jonathan Freeman, 25 ans, «l’abominable bête de la Côte-Nord», dixit Éric Lapointe (7 % du vote), a pour sa part fait sienne la ballade Ouvre-moi, créée par Lapointe, Michel Rivard et Stéphane Dufour.

Miriam Baghdassarian, 19 ans (20 % du vote), a quant à elle pu se mettre sous la dent l’énergique Je veux donner de sa coach Lara Fabian, qui a probablement écrit pour sa jeune protégée d’origine arménienne la meilleure chanson originale parmi les quatre en finale.

En français SVP!

Côté spectacle, on a rompu avec la tradition de présenter une vedette internationale (et anglophone) en tête d’affiche comme Def Leppard ou autres New Kids on the Block. Mais ce serait mentir de dire que la soirée n’a pas été à la hauteur pour autant.

La vedette principale de cette fin de saison était Ginette Reno, LA voix du Québec, comme l’a présentée l’animateur Charles Lafortune. La chanteuse a d’abord entonné L’essentiel, avec Yama et Miriam, puis a fait la tendresse avec les garçons avec plus (Yann) ou moins (Jonathan) de bonheur. Elle a terminé sa performance avec l’incontournable Un peu plus haut accompagnée des quatre coachs.

Ginette Reno a chanté «Un peu plus haut» accompagnée des quatre coachs de La voix.

L’auteur-compositeur-interprète français Christophe Maé (très connu en France et très peu ici) a été le seul à venir de loin pour interpréter son succès Il est où le bonheur avec tous les participants des directs de cette année.

Se sont ensuite succédés les coachs, Geneviève Leclerc (La voix 4), Coeur de pirate, Corneille, le grand gagnant de l’an dernier, Ludovick Bourgeois, de même que Patsy Gallant, Nico Archambault et une partie de l’équipe de Saturday Night Fever.

Mentionnons enfin la rafraîchissante participation du jeune chanteur androgyne de Québec Hubert Lenoir, qui a terminé sa pièce Fille de personne II en exhibant fièrement… sa fesse tatouée d’une fleur de lys.

Charles Lafortune a clos la soirée en nous invitant à «suivre La voix», sans préciser si la compétition serait de retour l’an prochain.