La SCHL a reconnu un manque de diversité dans ses rangs et son rôle dans certains événements racistes et s'engage à revoir la façon dont elle mène ses activités.
La SCHL a reconnu un manque de diversité dans ses rangs et son rôle dans certains événements racistes et s'engage à revoir la façon dont elle mène ses activités.

La SCHL va réévaluer ses politiques sous l'angle de la discrimination raciale

La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) a reconnu vendredi un manque de diversité dans ses rangs et son rôle dans certains événements racistes, tout en annonçant qu'elle s'engageait à revoir la façon dont elle mène ses activités.

L'agence fédérale a indiqué qu'elle réévaluerait toutes ses politiques et pratiques sous l'angle de la discrimination raciale, afin de tenter de l'éliminer.

Elle a également profité de son annonce pour reconnaître son rôle dans le financement de la réinstallation forcée des Noirs, plus particulièrement dans les cas d'Africville de Halifax et de Hogan's Alley à Vancouver.

La décision de la SCHL intervient au milieu d'une discussion plus large sur le racisme systémique déclenché par la mort de George Floyd, un homme noir menotté qui a exprimé sa difficulté à respirer alors qu'un policier blanc de Minneapolis pressait son genou contre son cou pendant près de neuf minutes.

«Nous n'en avons pas fait assez. La SCHL doit établir des normes élevées, a affirmé l'agence dans un communiqué. Nous devons tous être solidaires de nos collègues noirs et des victimes de meurtres, de l'oppression et du racisme systémique qui sont omniprésents.»

Les Noirs représentent 3,5 % de la population canadienne et 5,2 % des employés de la SCHL. Les Autochtones représentent quant à eux 4,9 % de la population nationale et 2,4 % des effectifs de la SCHL.

«À la SCHL, nous nous serions déjà félicités de notre diversité, a indiqué l'organisme. Il ne s'agit toutefois pas d'une réalisation lorsque trop peu de nos gestionnaires de personnes sont des Noirs ou des Autochtones ? aucun parmi les cadres supérieurs. Et la diversité ne suffit pas: ce n'est que le commencement.»


« Nous n'en avons pas fait assez. La SCHL doit établir des normes élevées. »
La SCHL

La SCHL a indiqué qu'elle ajouterait des cibles spécifiques pour les Noirs et les personnes racialisées parmi ses dirigeants et sa haute direction.

Elle offrira en outre une formation en leadership et du perfectionnement professionnel pour appuyer les progrès des employés noirs et racialisés au sein de son organisation, ainsi qu'une formation obligatoire contre le racisme à tout le personnel.

Les personnes ayant une expérience vécue du racisme participeront maintenant à une réévaluation des processus de recrutement, d'évaluation et de promotion de la SCHL et de ses efforts en matière de diversité et d'inclusion.

«Nous rejetons le racisme, la suprématie des Blancs et nous voulons nous repentir de notre racisme et de notre insensibilité du passé, a affirmé l'agence. Le racisme se façonne et se renforce depuis des siècles, que ce soit contre les Noirs, les Autochtones ou les personnes de couleur. Seul un effort soutenu et ciblé éliminera le racisme.»