Selon l’Organisation des pays producteurs de pétrole, l’offre mondiale d’hydrocarbures liquides (pétrole, gaz naturel liquéfié, etc.) devrait croître de 98,4 millions de barils par jour cette année.

La production américaine de pétrole en hausse, prédit l’OPEP

PARIS — La production de pétrole aux États-Unis sera encore plus importante que prévu dans les prochaines années, prévoit l’Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) dans un rapport publié dimanche, qui anticipe aussi une nette croissance de la demande mondiale d’or noir à long terme.

L’offre mondiale d’hydrocarbures liquides (pétrole, gaz naturel liquéfié, etc.) devrait croître de 98,4 millions de barils par jour (mbj) cette année à 104,7 mbj en 2023, pour atteindre 111,9 mbj en 2040, selon le rapport prospectif annuel publié par l’OPEP.

Ces chiffres sont légèrement supérieurs à ce qu’indiquait le cartel l’an dernier, et la différence provient du dynamisme attendu de la production d’or noir dans les pays non membres du cartel, surtout les États-Unis.

L’offre des pays n’appartenant pas à l’OPEP est attendue en hausse de 8,6 mbj à 66,1 mbj entre 2017 et 2023, portée par une demande plus importante et des prix du pétrole plus élevés, détaille le rapport.

Toutefois, la production de ces pays devrait atteindre un pic à la fin des années 2020, permettant au brut pompé dans les pays du cartel, qui aura eu tendance à baisser à moyen terme, de repartir vigoureusement à la hausse.

La demande mondiale en augmentation

Du côté de la demande, malgré l’essor des véhicules électriques et les politiques de transition énergétique, la demande mondiale de pétrole va continuer à croître, prévoit l’OPEP.

Elle devrait grimper de 97,2 millions de barils par jour (mbj) cette année à 104,5 millions de barils par jour en 2023, puis à 111,7 mbj en 2040, un niveau un peu supérieur à ce qu’anticipait le cartel l’an dernier.

Toutefois, le rythme de croissance de la demande va fortement ralentir entre 2035 et 2040, du fait du développement des véhicules électriques et des efforts en matière d’efficacité énergétique.

Surtout, le cartel voit une évolution très contrastée en fonction des régions du monde. La soif d’or noir des pays émergents va très fortement augmenter avec leur croissance démographique, l’expansion de leurs classes moyennes et de leur économie.

À l’inverse, à partir du début des années 2020, la demande de pétrole des pays de l’OCDE va décliner.

Mais à horizon 2040, le pétrole restera la première énergie consommée, devant le gaz et le charbon.