Les copropriétaires Alain Fredette et Roch Fournier distribuent les chocolats Rochef jusqu’au Mexique.
Les copropriétaires Alain Fredette et Roch Fournier distribuent les chocolats Rochef jusqu’au Mexique.

La chocolaterie gatinoise Rochef souffle 10 bougies

La chocolaterie gatinoise Rochef célèbre cette année son dixième anniversaire. L’entreprise, en pleine expansion depuis sa conception en 2009, s’est positionnée comme l’un des gros joueurs de sa catégorie autant à l’échelle nationale qu’internationale.

Tous les produits Rochef sont conçus à Gatineau à l’aide de produits frais, dans leurs locaux de plus de 11 000 pieds carrés situés au 81, rue Jean-Proulx, dans le secteur Hull. Pour les copropriétaires de l’entreprise, Roch Fournier et Alain Fredette, il est primordial de favoriser la qualité avant tout.

« Comme on produit tout de A à Z, ça demande beaucoup de minutie et de compétences pour maintenir nos standards de qualité », indique M. Fredette.

« C’est le fun une Snickers une fois de temps en temps, mais un bon chocolat, ça se déguste. C’est pourquoi la qualité est notre priorité numéro un. Malgré notre produit haut de gamme, on offre des prix assez compétitifs quand même », ajoute M. Fournier.

L’entreprise gatinoise distribue aujourd’hui ses produits chocolatés partout au Québec, en Ontario ainsi que dans certaines provinces de l’Ouest canadien. Rochef a même entamé un assaut sur le marché international grâce à son insertion aux États-Unis et au Mexique.

« Il y a dix ans, nos plans étaient de prendre de la place aux États-Unis, c’est sûr qu’on ne planifiait pas une percée au Mexique, mais l’expansion faisait définitivement partie de notre plan. On est en plein là où on voulait l’être, mais ce n’est pas fini », indique M. Fredette.

« L’entente au Mexique est inattendue. On a fait des missions économiques là-bas et on se rend compte qu’il y a une belle ouverture sur les produits canadiens, surtout du Québec, avec tous les conflits commerciaux avec les États-Unis. Le Mexique s’est donc tourné davantage vers nous », poursuit M. Fredette.

M. Fournier souligne de son côté que l’objectif principal pour les prochaines années est de poursuivre sa percée sur le marché américain. « C’est encore difficile aux États-Unis, car on rencontre beaucoup de défis en raison de la concurrence là-bas. C’est pourquoi on essaie de se démarquer en créant des produits qui n’existent pas encore, pour leur offrir quelque chose d’innovateur. »

Alors que le temps des Fêtes approche à grands pas, le chocolat figure parmi les articles populaires pour ceux qui veulent gâter leurs proches. C’est d’ailleurs une des périodes les plus occupées pour les chocolatiers.

« La période la plus profitable est celle de Pâques, c’est certain. On a même déjà commencé à planifier notre Pâques. Le temps des Fêtes, c’est tout de même une grosse période de l’année. On vend plus d’ensembles cadeaux et des petits items pour les bas de Noël. Quand on va voir nos clients dans les divers commerces à la veille des Fêtes, on passe pour des superstars », indique M. Fournier.

« Ça fait déjà plusieurs années qu’on fait ça, on est en mesure de mieux cibler ce que les gens veulent dans le temps des Fêtes. Il y a certains produits qu’on se doit de ramener année après année, mais on essaie de créer un aspect de nouveauté quand même », poursuit-il.

Les deux propriétaires ont d’ailleurs pris le temps de souligner le travail de leur petite équipe d’une quinzaine d’employés. « Si on a 10 ans aujourd’hui, c’est en majeure partie grâce à eux. C’est comme une équipe de hockey, il faut trouver une façon de mettre les employés dans la bonne chaise pour qu’ils performent au maximum », conclut M. Fredette.