Les recherches pour retrouver Martin Carpentier se poursuivent. 
Les recherches pour retrouver Martin Carpentier se poursuivent. 

La chasse à l'homme pour retrouver Martin Carpentier se poursuit [PHOTOS]

Les recherches pour retrouver Martin Carpentier ont continué toute la journée dimanche. L'homme est introuvable depuis maintenant quatre jours.

La Sûreté du Québec demandaient cette fois aux citoyens de rester à la maison. «Leur présence a nui à notre travail malheureusement», indique la sergente Ann Mathieu.

Bien que leur intention soit bonne, les citoyens ont dérangé les interventions de la police samedi soir. La SQ ne voulait pas que la situation se répète.

Samedi, les corps de Romy et Norah Carpentier ont été retrouvés sans vie dans un secteur boisé de Saint-Apollinaire, mais aucune trace de leur père.

Le trio faisait l’objet d’une alerte AMBER depuis jeudi après-midi.

«Il y aura une autopsie qui sera effectuée pour confirmer la cause exacte des décès, mais il y a également la scène qui entoure la découverte des corps des deux jeunes filles qui est importante pour voir s’il y a des choses qui peuvent expliquer les circonstances», a résumé la sergente Ann Mathieu en fin d’après-midi samedi.

LIRE AUSSI : Les deux fillettes de Lévis retrouvées mortes, Martin Carpentier toujours en cavale

La SQ est activement aux trousses de Martin Carpentier, 44 ans. Toutes les différentes spécialités sont déployées. Saint-Apollinaire accueillera encore autos de patrouille, équipes équestres, maîtres-chiens et agents à VTT. Plusieurs rangs et routes seront de nouveau bloquées pour faciliter les recherches. 

En début d'après-midi dimanche, la chasse à l’homme était toujours en cours dans «un secteur névralgique», près des rangs Saint-Lazarre et Bois-Joly. Le secteur de recherche est près de l'endroit où les corps des deux fillettes ont été retrouvés. L'accès aux rangs est beaucoup plus surveillé que la veille, les agents demandent notamment une preuve d'adresse à tous les passants. 

Environ 80 personnes étaient toujours déployées dimanche à la recherche de Martin Carpentier.

La Sûreté du Québec dit combiner différentes techniques de travail dans ses recherches sur le terrain, avec un hélicoptère et un drone en appui. Environ 80 personnes étaient toujours déployées dimanche.

«Les gens peuvent continuer de nous aider, mais la meilleure façon c’est de vérifier sa propriété et seulement ça. Les gens doivent rester vigilants dans leurs déplacements. On a vécu une situation problématique [samedi]», déplore la porte-parole de la SQ, Ann Mathieu.

Un citoyen avait publié une vidéo sur Facebook, il y indiquait que le suspect pouvait se trouver à un endroit bien précis. Une centaine de personnes ont rapidement envahi le boisé, ce qui a compliqué le travail des policiers déjà présents à cet endroit.

«On ne dit pas tout ce qu’on fait parce qu’on a nos façons de travailler dans un contexte d’enquête criminelle. Il faut respecter le travail des policiers. Il y en a sur les réseaux sociaux qui croient qu’on veut cacher des choses… Si vous ne nous voyez pas, ça ne veut pas dire qu’on n’est pas là», insiste la sergente Mathieu.

Si un maître-chien est envoyé dans un secteur, mais que le sol a été piétiné à multiples reprises, il ne pourra pas faire son travail, notamment.

En réponse à des citoyens critiques de son travail sur les réseaux sociaux, le corps policier assure que ses agents ont effectué des vérifications pour chacun des signalements reçus.

«Par contre, il leur a été impossible de rencontrer chacune des personnes pour les informer du suivi de leur demande», a-t-on écrit sur Twitter.

Martin Carpentier, le père des deux fillettes retrouvées sans vie samedi est recherché par la police.

Ann Mathieu rappelle que les corps policiers et les citoyens ont le même objectif : celui de retrouver le père des deux fillettes décédées dans de nébuleuses conditions.

L’enquête pour faire la lumière sur les événements se poursuit également.

En fin de journée dimanche, les policiers ratissaient toujours différents secteurs. Aucune trace de Martin Carpentier. 

Les recherches durent déjà depuis quatre jours, toutes les différentes spécialités sont déployées, dont des agents en VTT.

Deux anges

Cette histoire de disparition s’est rapidement transformée en drame. La tragédie a touché tout le Québec. Les messages de sympathies déferlent depuis l’annonce de la mort de Romy, 6 ans, et Norah, 11 ans.

C’est pour cette raison que plusieurs personnes des régions voisines sont venues sur les lieux des recherches samedi, tous souhaitent coincer Martin Carpentier.

Une page Facebook «À la douce mémoire de Norah et Romy» a été créée. Elle a recueilli plus de 1500 mentions J’aime en quelques heures. L’objectif de la page est de rassembler tous les mots de sympathies pour ensuite les offrir à la famille des deux fillettes.

Romy et Norah Carpentier

«Tragédie nationale»

Samedi, avant même que les policiers confirment l'état dans lequel se trouvaient les enfants, le premier ministre François Legault a déploré une tragédie nationale.

«Comme tous les Québécois, je suis bouleversé, sans mots. Perdre deux enfants, ce qu'on a de plus cher dans la vie, c'est incompréhensible», a-t-il écrit sur Twitter.

En soirée, le premier ministre Justin Trudeau a également transmis ses condoléances aux proches.

«Je suis bouleversé par cette nouvelle. Comme parent, cette tragédie est incompréhensible. J'ai le c?ur brisé pour la famille et les amis de Norah et Romy. Je vous offre mes plus sincères condoléances. Tous les Canadiens pensent à vous ce soir.»

Le maire de Saint-Apollinaire Bernard Ouellet, a fait état d'une triste nouvelle. La tragédie a ému la province entière, selon lui.

«Tous ont la larme à l'oeil. Ce n'est pas facile pour personne», a-t-il dit au cours d'une brève entrevue, samedi.