La baleine à bosse qui a suscité l’engouement au Québec depuis quelques jours a été retrouvée à la dérive, morte, à proximité de Varennes, en Montérégie.  
La baleine à bosse qui a suscité l’engouement au Québec depuis quelques jours a été retrouvée à la dérive, morte, à proximité de Varennes, en Montérégie.  

La baleine de Montréal retrouvée morte [VIDÉO]

VARENNES — La baleine à bosse qui a suscité l’engouement dans la région de Montréal et ailleurs au Québec au cours des derniers jours a été retrouvée morte, tôt mardi, à proximité de Varennes, en Montérégie.

Un pilote maritime a signalé la présence de la carcasse, a indiqué le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins.

L’ONG estime qu’il est probable qu’il s’agisse de la célèbre baleine, bien qu’il ne soit pas en mesure de le confirmer avec certitude.

Une nécropsie sera pratiquée sur le cétacé par des spécialistes de la faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal.

L’intervention devrait permettre de faire la lumière entre autres sur les causes de la mort, la génétique, les maladies et si l’animal a pu s’alimenter récemment, a expliqué Marie-Ève Muller, une porte-parole du réseau.

L’imposante carcasse flottait toujours mardi matin. Des équipes étudient la façon dont ils la feront échouer, soit de l’amener sur la rive.

L’impact de l’humain sur la nature

La baleine avait fait grand bruit lorsqu’elle a été repérée il y a deux semaines par un pêcheur près d’un pont à Québec.

Elle avait ensuite été aperçue à Trois-Rivières, près du pont Laviolette.

L’excitation était à son comble quelques jours plus tard alors qu’elle pouvait être aperçue depuis le Vieux-Port de Montréal.

En entrevue avec La Presse canadienne, Mme Muller a dit croire que cet extraordinaire spectacle de la nature - le premier contact avec le milieu marin pour plusieurs personnes - aura donné l’occasion au grand public d’être sensibilisé à l’impact qu’à l’humain sur son environnement.

«On espère que cette rencontre-là avec la baleine va avoir sensibilisé les gens aux défis quotidiens que ces baleines vivent: la cohabitation avec le trafic maritime, la présence de contaminants dans l’eau, tout ce qu’on rejette dans nos égouts, même à Montréal, a un impact sur les baleines, tout ce qu’on utilise comme engrais chimique a aussi un impact sur nos baleines.»

Le Saint-Laurent est une zone d’alimentation importante pour 13 espèces de baleines.

Étant donné que le corps et le système de ces mammifères marins sont adaptés pour se trouver en eau salée, les baleines se trouvent habituellement dans les régions de la Côte-Nord et de la Gaspésie.

La présence d’une baleine dans le secteur fluvial à Montréal était donc tout à fait exceptionnelle.