Le premier ministre, Justin Trudeau, a donné un bref coup de main aux Forces armées pour remplir des sacs de sable durant son passage à Gatineau, mercredi.

Justin Trudeau: ça arrivera «de plus en plus souvent»

Bottes de pluie aux pieds, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a constaté mercredi l’évolution de la crue des eaux à Gatineau en soulignant que les catastrophes naturelles surviendront «de plus en plus souvent», tout en roulant ses manches de chemise pour aider à la préparation de sacs de sable dans un quartier touché par les inondations.

Au cours d’une visite d’une quarantaine de minutes en sol gatinois, M. Trudeau s’est arrêté au centre d’aide aux sinistrés de la rue Jean-René-Monette, dans le Vieux-Gatineau, pour rencontrer des citoyens touchés par la deuxième crue d’importance à survenir dans la région en trois printemps.

À LIRE AUSSI :

>> Les militaires resteront «aussi longtemps» que nécessaire

>> Un deuxième centre pour sinistrés à Gatineau

>> La Ville d'Ottawa déclare l’état d’urgence climatique


Accompagné notamment du maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, le premier ministre Trudeau a déclaré que des catastrophes naturelles de la sorte vont se répéter «de plus en plus souvent» en raison des changements climatiques.

«Il va falloir qu’on continue à travailler ensemble, qu’on regarde avec les résidents comment on va pouvoir accepter que c’est une nouvelle réalité à laquelle on va faire face dans les années à venir, a-t-il dit. Il faut commencer à penser à comment on va s’adapter, comment on va aider les gens.»

M. Trudeau avait tenu un discours similaire lors d’une visite dans le quartier Pointe-Gatineau lors de la crue historique de mai 2017.

Justin Trudeau (droite) et Maxime Pedneaud-Jobin

«Il va falloir qu’on ait des réflexions, avait-il alors mentionné. Si on a des situations qui sont censées arriver tous les 100 ans seulement qui arrivent toutes les décennies ou tous les deux-trois ans, il va falloir qu’on pense à comment on bâtit nos villes, comment on prévoit nos infrastructures.»

À sa sortie du centre d’aide aux sinistrés, M. Trudeau s’est rendu quelques pâtés de maisons plus loin afin d’aider au remplissage de sacs de sable, mais aussi pour remercier les militaires qui s’affairent à la tâche depuis samedi. Alors que le premier ministre du Québec, François Legault, s’était limité à quelques pelletées lors de sa visite à Gatineau deux jours plus tôt, Justin Trudeau y a consacré davantage d’efforts. Son épouse Sophie Grégoire a aussi mis la main à la pâte à ses côtés.

M. Trudeau a souligné que la présence des Forces armées canadiennes «rassure les gens». En date de mercredi, l’armée comptait 220 membres déployés en Outaouais.

Le maire de Gatineau estime que des visites comme celle de M. Trudeau «démontrent de la solidarité» et prouvent «que l’ensemble des niveaux de gouvernement sont là [et] prêts à réagir».

«Il y a un rôle symbolique et les gens prennent ça au sérieux, a pour sa part mentionné le député fédéral de Hull-Aylmer, Greg Fergus. Ça fait du bien, ça valorise le travail des bénévoles, ça valorise le travail des premiers répondants et pour les sinistrés, ça indique qu’on est solidaire avec eux.»

Maxime Pedneaud-Jobin a profité de la visite de Justin Trudeau pour dire que les fonds actuellement alloués par Ottawa pour l’adaptation aux changements climatiques sont «clairement insuffisants» à ses yeux et qu’il faudrait donc que le fédéral augmente ses investissements en la matière.

«Nous le reconnaissons», a aussitôt réagi le député fédéral de Gatineau, Steven MacKinnon. Ce dernier a fait savoir qu’il revendiquait notamment auprès de sa collègue ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, «qu’il y ait une deuxième phase» au programme fédéral.