En à peine quelques mois comme streamer, Martin Couture, alias McCoffee, a rallié plus de 105 000 abonnés à travers le globe sur sa page Facebook.

Jeu en streaming : McCoffee carbure à l'adrénaline

La popularité de la diffusion de jeux vidéo en continu, le streaming pour les initiés, est sans cesse croissante à travers le globe. Certains réussissent d’ailleurs à faire carrière dans cet univers effervescent. C’est le cas de l’ex-militaire Martin Couture, alias McCoffee. Carburant à l’adrénaline, celui qui est aussi pompier à Bromont gravit les échelons à la vitesse grand V, ralliant en quelques mois plus de 105 000 adeptes sur sa page Facebook.

Martin Couture est fasciné par le monde des jeux vidéo depuis son enfance. Mais à aucun moment il n’aurait imaginé que ses aptitudes dans cette sphère allaient le propulser à un tel niveau. « Actuellement, je vis un rêve. J’ai toujours été gamer. J’étais tout jeune quand j’ai commencé à ramasser mes sous pour acheter ma première console Nintendo, confie le trentenaire. Je n’ai pas peur de le dire, je suis accro aux jeux vidéo. Je passais des nuits blanches devant l’écran. Alors aujourd’hui, partager ma passion comme streamer avec des gens de partout dans le monde, c’est incroyable. »

À lui seul, le parcours professionnel atypique de Martin Couture a de quoi laisser pantois. Il a d’abord évolué durant 12 ans dans les Forces armées canadiennes. En tant que soldat d’infanterie, il a réalisé trois missions en Afghanistan, au cours desquelles il a notamment été garde du corps de l’ambassadeur du Canada.

Toutefois, il a amorcé une transition vers une « vie civile » en 2011. « Être soldat, ça a plusieurs côtés positifs, dit-il. J’ai adoré cette partie de ma vie et ça me sert encore aujourd’hui. Mais, c’est loin d’être idéal quand tu es en couple et que tu veux fonder une famille. » Quatre ans plus tard, il entreprend un virage à 180 degrés pour se lancer dans un cours de... charpenterie-menuiserie. Il déménage alors ses pénates de Québec à Bromont. Ce pan de son histoire fut néanmoins éphémère. Après avoir travaillé quelques mois pour un entrepreneur général et pris un an pour construire sa maison, il revient à la case départ. « J’aime travailler de mes mains. Mais, dès le début, je savais que le monde de la construction serait transitoire pour moi parce que ça devenait trop répétitif. J’ai besoin de quelque chose qui bouge. » Il se tourne donc vers le métier de pompier. Peu de temps après avoir terminé son cours, il déniche un poste dans sa ville d’accueil. Un boulot qu’il adore. « Mon background dans les Forces m’aide beaucoup comme pompier. J’aime l’adrénaline et la camaraderie entre les gars. »

Révélation

En septembre 2018, alors que Martin Couture file le parfait bonheur avec sa conjointe et leur petit bonhomme dans le nid qu’il a construit, un ami du Texas fait tout basculer en lui parlant de son quotidien de streamer. Le mois suivant, un micro et un casque d’écoute en main, il décide de plonger à son tour dans cet univers jusque-là inconnu. Une véritable révélation. « J’ai eu la piqûre instantanément. En peu de temps, j’avais les 100 abonnés nécessaires pour recevoir des dons. J’adore le feeling d’interagir avec les gens. C’est un peu comme une émission de télévision en direct. Je joue, je fais le bouffon à l’occasion. Je suis moi-même. Je crois que c’est ce que les gens aiment. »

Son jeu de prédilection est Player unknown’s Battlegrounds (PUBG). On s’en doute, il s’agit d’un jeu de guerre. Et contrairement à plusieurs autres joueurs sur les vastes plateformes de diffusion de jeux vidéo en flux continu, Martin a choisi de développer le créneau des appareils mobiles. En fait, il joue sur son iPad. « C’est encore méconnu, mais les gens délaissent de plus en plus les consoles et les ordinateurs. Je vais chercher autant les jeunes que les personnes dans la trentaine. Et la beauté dans tout ça, c’est qu’il n’y a pas de frontière. Je suis suivi par des gens de l’Inde, des États-Unis, de l’Australie. C’est exponentiel. »

Et pourquoi avoir choisi McCoffee comme nom de joueur ? « “MC” pour mes initiales. Et “coffee”, c’est parce que j’en bois quelques-uns pour jouer durant des heures », lance-t-il en riant.

Communauté

Devant le nombre croissant de ses partisans, Martin a choisi de faire le grand saut en devenant streamer à temps plein. Il répond toutefois aux urgences comme pompier sur appel.

Autour de McCoffee s’est tissée une véritable communauté. « Un peu comme pour les youtubeurs, j’ai un noyau de gens qui me suivent constamment dès que je fais du streaming. Ça devient un [rendez-vous] tous les soirs. Je donne des conseils aux nouveaux joueurs en utilisant mon background militaire. Heureusement, je ne suis pas le genre à m’enfler la tête. J’aime seulement ce que je fais. Je reste moi-même. Je peux chanter ou faire toutes sortes de mimiques en jouant. Mais jamais je ne passe de commentaire vulgaire. Tout se fait dans le respect. »

Des gens vont même jusqu’à se confier à McCoffee. « En un mois, je peux avoir trois à quatre personnes qui me parlent en privé de leurs problèmes. Ils ont confiance en moi. Certains sont au bord du suicide. Je les convaincs d’aller chercher de l’aide, de se connecter à la moindre petite chose positive autour d’eux. Je pourrais les laisser tomber, mais ce n’est simplement pas dans ma personnalité. Je suis un gars rassembleur, un gars d’équipe. »

Entrepreneur

La personnalité colorée de l’étoile montante du jeu vidéo semble porter ses fruits, car les dons se multiplient. « Certaines personnes m’envoient 50 $, tandis que d’autres peuvent me donner 300 $. C’est très variable. » Une session de trois heures peut lui permettre d’amasser « en moyenne » près de 200 $. « Et c’est seulement le début. Je n’ai pas encore de commanditaire officiel », spécifie-t-il. Mais, ça ne saurait tarder, dit-il, car certaines de ses vidéos publiées sur les réseaux sociaux ont été visionnées par près d’un demi-million de personnes.

Se disant « entrepreneur dans l’âme », Martin souhaite développer une série de débouchés autour de ses activités de streamer, notamment en s’associant à des commanditaires de renom. D’ailleurs, il vend déjà des tasses à l’effigie de son nom de joueur. Il en fait la promotion en brandissant l’une d’elles chaque fois qu’il est en ligne en scandant : « It’s McCoffee time! »

Le week-end dernier, Martin s’est retrouvé au cœur du Stade olympique de Montréal durant la grand-messe du sport numérique, le Dreamhack. Il a alors pu montrer ses talents, tant de joueur que d’animateur, en ayant sa propre vitrine pendant les compétitions de jeux vidéo. Tout ceci pour la cause d’Opération Enfant soleil, à laquelle il a pu remettre près de 2000 $ amassés auprès du public.

Il sera de retour sous les feux de la rampe au populaire congrès des jeux électroniques à Atlanta, du 14 au 16 novembre. « Mon but, comme streamer, c’est de faire le tour du monde. Il n’y a pas de limite. C’est la beauté de mon nouveau mode de vie. »