Au petit matin du 15 août 2018, les policiers ont fait une perquisition chez Jean-François Bergeron, un Hells Angels membre du chapitre de Trois-Rivières, mais qui a son domicile à Desbiens, au Lac-Saint-Jean.
Au petit matin du 15 août 2018, les policiers ont fait une perquisition chez Jean-François Bergeron, un Hells Angels membre du chapitre de Trois-Rivières, mais qui a son domicile à Desbiens, au Lac-Saint-Jean.

Jean-François Bergeron, membre en règle des Hells Angels, plaide coupable

Isabelle Mathieu
Isabelle Mathieu
Le Soleil
Le membre en règle des Hells Angels Jean-François Bergeron a plaidé coupable mardi au palais de justice de Québec à des accusations de complot, trafic de cocaïne et gangstérisme.

Alors que se profilait un procès devant jury de quatre mois dès janvier, Bergeron, 58 ans, de Desbiens au Lac-Saint-Jean a plutôt décidé de plaider coupable aux accusations qui pesaient contre lui depuis l’été 2018.

Bergeron, comme une vingtaine de personnes, a été arrêté par l’Escouade régionale mixte (ERM) Saguenay au terme du projet d’enquête Nocif, en cours depuis 2014. Les policiers le considéraient comme une tête dirigeante d’un réseau de vente de stupéfiants.

Jean-François Bergeron, surnommé «Frank», est membre en règle du chapitre de Trois-Rivières des Hells Angels.

Dans le résumé des faits préparé conjointement par les procureurs de la Couronne MJean-Simon Larouche et MSimon-Pierre Lavoie et l’avocat de la défense Me Claude Boucher, le motard admet qu’entre le 1er août 2016 et le 13 avril 2017, il contrôlait un territoire de vente de cocaïne au Lac-Saint-Jean. «En contrepartie et de façon concertée, il en recevait des redevances sous forme de «cote» ou de loyer», précise-t-on.

Le 13 avril 2017, le trafiquant Pierre Beauchesne a été arrêté au domicile de Jean-François Bergeron, à Desbiens, après lui avoir remis une «cote» de 10 000 $. «L’enquête démontre qu’avant cette date, Pierre Beauchesne s’était rendu à six reprises chez l’accusé», peut-on lire au résumé des faits.

En plus des accusations de trafic et de complot, Bergeron a aussi plaidé coupable au chef de gangstérisme. Cette dernière condamnation lui vaudra une peine à être purgée de manière consécutive à la peine pour le trafic et le complot.

La Couronne et la défense ont reporté à la mi-décembre la présentation de leur suggestion de peine au juge François Huot de la Cour supérieure, en charge du procès Nocif.

Jean-François Bergeron avait été identifié comme un narcotrafiquant dominant au Lac-Saint-Jean lors de l’opération SharQc. En mai 2015, il faisait partie d’un groupe de 14 membres des Hells Angels arrêtés dans SharQc qui ont plaidé coupable à une accusation de complot pour meurtre.

Le membre en règle des HA Bernard Plourde et les deux autres co-accusés Marc Gagnon et Simon Frenette continuent eux de débattre les requêtes préalables à leur procès qui doit commencer en janvier à Québec.