Une investigation des autorités de santé publique de l’Outaouais est en cours en raison de « quelques cas » de légionellose observés récemment à Gatineau.

Investigation après «quelques cas» de légionellose à Gatineau

Une investigation des autorités de santé publique de l’Outaouais est en cours en raison de « quelques cas » de légionellose observés récemment à Gatineau.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) a indiqué mercredi que « l’investigation actuelle n’a pas encore permis d’identifier une source de contamination des cas enregistrés ». L’organisation précise d’ailleurs qu’il se pourrait qu’aucune « source environnementale commune » ne puisse être identifiée.

La légionellose est cette infection respiratoire causée par une bactérie qui avait causé 13 décès dans la région de Québec, en 2012. La bactérie - Legionella pneumophila - « peut se transmettre lorsqu’il y a dispersion dans l’air ambiant de fines gouttelettes d’eau contaminée », mais ne se transmet pas de personne à personne, précise le CISSSO.

La Dre Christelle Kom Mogto, médecin-conseil en santé publique au CISSSO, a fait savoir que le nombre exact de cas observés à Gatineau ne peut être dévoilé pour des raisons de confidentialité. 

Elle précise toutefois qu’ils « se comptent sur les doigts d’une main » et qu’ils ont tous été enregistrés au cours des dix derniers jours chez des patients plus à risque de subir des complications.

Les autorités évalueront notamment si les lieux de résidence, de travail et de loisir des personnes ayant été infectées ces derniers jours peuvent permettre de déceler une source commune d’exposition.

Il se peut que d’autres personnes aient été infectées, mais qu’elles aient uniquement eu des symptômes d’allure grippale et qu’elles se soient rétablies sans avoir besoin de consulter, a indiqué la Dre Kom Mogto.

Précautions

La Direction de santé publique du CISSSO souligne que « cette bactérie peut trouver des conditions favorables à sa croissance dans des sources d’eau tiède dans la communauté telles que les tours de refroidissement à l’eau (TRE) des édifices, ou encore des sources d’eau individuelles telles que les chauffe-eau ou les spas ».

Des cas sont rapportés chaque année en Outaouais. Les cas récemment enregistrés à Gatineau forcent toutefois les autorités à formuler des recommandations.

Les fumeurs, les grands consommateurs d’alcool, les personnes âgées, celles qui ont une maladie chronique et celles qui sont immunosupprimées ne doivent « pas hésiter à consulter si elles développent des symptômes tels que fièvre, toux avec ou sans crachats, difficultés respiratoires ».

Il est aussi recommandé de maintenir la température des chauffe-eau à 60 °C, en utilisant « un dispositif anti-brûlure à la sortie des robinets de la douche et du bain ».

Le nettoyage des appareils où se créent des gouttelettes en suspension — pommeau de douche, spa, humidificateur, etc. — est aussi suggéré.