Mathieu Larin est accusé de voies de fait sur Pascal Montembeault en prison.

Intimidation en prison: un agresseur pris en grippe par un proxénète

Ça joue dur en prison et l’agresseur sexuel Pascal Montembeault l’a appris à ses dépens, alors qu’il aurait été pris en grippe par le proxénète Mathieu Larin.

À moins de dix jours de recevoir sa peine pour divers dossiers de proxénétisme, Mathieu Larin a vu de nouvelles accusations être portées contre lui, mercredi, au palais de justice de Sherbrooke.

Lire aussi: Le proxénète Mathieu Larin s’excuse à ses victimes

Pascal Montembeault renonce à sa remise en liberté

Détenu dans le secteur de protection du Centre de détention de Sherbrooke, Mathieu Larin se serait livré à des voies de fait contre Pascal Montembeault, le 21 décembre dernier.

Une autre accusation d’avoir utilisé la violence ou la menace pour forcer Montembeault à se rendre à un endroit spécifique a été portée contre Larin. Son avocat Me Alexandre Fleurent a remis le dossier au 12 avril.

Montembeault demeure en attente de sa peine dans une affaire d’agression sexuelle d’une adolescente.

En janvier dernier, Pascal Montembeault a plaidé coupable à différents chefs d’agression sexuelle à l’endroit d’une jeune fille de 14 ans.

L’individu de 37 ans a reconnu sa culpabilité dont leurre informatique, contact sexuel et production de matériel de pornographie juvénile.

Rappelons que les événements remontent au 18 août dernier. C’est sur le site « Rencontre ados » que l’individu de Trois-Rivières a abordé sa future victime. Le suspect aurait rapidement sollicité une rencontre, alors qu’il disait alors avoir 24 ans. L’adolescente s’est tout de même rendue au rendez-vous fixé entre les deux. Le suspect a réussi à la convaincre d’aller dans un parc avec lui. Il l’a attirée dans un coin isolé et aurait commis plusieurs gestes sexuels à l’endroit de l’adolescente.

Lors des observations sur la peine dans son dossier, Larin a mentionné qu’il était détenu dans un secteur avec des gens condamnés dans des affaires sexuelles.

Mathieu Larin a reconnu sa culpabilité en ce qui concerne les chefs d’accusation de proxénétisme et de prostitution juvénile pour une victime adolescente entre octobre et novembre 2014. e 23 octobre 2017, Larin avait plaidé coupable d’avoir amené trois autres femmes à offrir des services sexuels moyennant rétribution entre décembre 2016 et juin 2017.