L'eau est entrée par la porte de côté dans la résidence nouvellement imperméabilisée de Gaétan Chauret, sur le boulevard Hurtubise.

Inondé, malgré des travaux effectués après la crue de 2017

Une bien mauvaise surprise attendait Gaétan Chauret dans son sous-sol du boulevard Hurtubise, lundi avant-midi. La crue de la rivière des Outaouais a été tout simplement plus forte que l’immunisation de sa résidence.

Après une balade d’une dizaine de minutes en chaloupe, Le Droit a pu constater en même temps que M. Chauret le triste état dans lequel se trouve sa résidence, complètement entourée d’eau.

Installés sur le boulevard Hurtubise depuis à peine quatre ans, M. Chauret et sa femme venaient à peine de sortir des travaux ayant été nécessaires à la suite des inondations de 2017. Il y a deux ans, il y avait eu six pieds d’eau dans le sous-sol. La maison a été surélevée, la fondation imperméabilisée, le sous-sol refait. «Les travaux ont fini tard à l’automne dernier», a-t-il fait savoir.

À LIRE AUSSI : Ottawa-Gatineau: encore de la pluie attendue cette semaine

À LIRE AUSSI : Toute l’activité municipale de Gatineau chamboulée par les inondations

C’est cependant par la porte de côté que l’eau s’est infiltrée cette fois, dégoulinant dans l’escalier jusqu’au sous-sol, où quelques pouces d’eau recouvraient le plancher.

«C’est déprimant tout ça», a laissé tomber M. Chauret, avant de se lancer dans le pompage de l’eau avec l’aide de son beau-frère, Denis Leblanc.

Non loin de là, à l’angle des rues Watt et Versailles, un véritable stationnement de chaloupes était installé, là où l’asphalte laissait place à l’eau envahissante de la rivière.

L’un des résidents du coin, Patrick Asselin, surveillait de près la crue derrière la digue de terre, de roches et de sable faisant environ six pieds de hauteur dressée autour de sa résidence. «Présentement, l’eau entre par la nappe [phréatique]», a-t-il indiqué, en confiant devoir pomper l’eau en permanence. Il espérait s’en sortir sans trop de dommages majeurs, «si la digue tient».

Dans le quartier Pointe-Gatineau, l’eau a aussi gagné du terrain. Sur la rue Saint-Louis, l’eau se rendait lundi jusqu’à l’intersection de la rue Moreau.

Les pompiers de Gatineau étaient présents pour effectuer des patrouilles à bord d’une chaloupe afin de s’assurer du bien-être des résidents du secteur ayant choisi de ne pas évacuer leur demeure.

De nombreux débris transportés par l’eau sont visibles dans le secteur. En fin d’après-midi lundi, le niveau de l’eau de la rivière Gatineau dépassait de 25 centimètres le seuil d’inondation exceptionnelle à la hauteur du quai des Artistes, tout près du pont Lady-Aberdeen.