Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, en discussion avec un citoyen de Rockland.

Inondations: «Nettoyer coûte toujours plus cher», dit Goodale

« Nettoyer après coup coûte toujours plus cher que d’investir dans des mesures d’atténuation et d’adaptation. À long terme, nous économiserons de l’argent en investissant dès le départ », a concédé le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale qui était en visite dans l’Est ontarien et à Ottawa jeudi matin pour constater l’ampleur des inondations.

Le ministre fédéral est allé à la rencontre des riverains qui continuent de surveiller la montée du niveau de l’eau et tentent de sauver leur maison. 

Il a pu constater que le niveau de la rivière des Outaouais est plus haut qu’en 2017, ce qui pourrait signifier que les « conséquences seront plus importantes ».

« Mais la réponse cette fois-ci a été plus rapide. Le travail a été mieux coordonné et nous avons appris de l’expérience d’il y a deux ans », a-t-il ajouté précisant qu’il est trop tôt pour évaluer les coûts qui seront engendrés.

À LIRE AUSSI :

>> La Ville d’Ottawa ne s’aventure pas dans les prédictions

>> L'Ontario a plus de 60 ans d'avance dans la gestion des inondations

Rappelant que ces catastrophes naturelles qui arrivaient aux 100 ans sont maintenant récurrentes après deux ou trois ans, il importe d’investir plus de fonds et de ressources dans les mesures qui touchent les changements climatiques afin de trouver des solutions en amont. Le Fonds d’atténuation et d’adaptation en matière de catastrophes (FAAC) sert particulièrement à ce volet.

« Nous devons être équipés pour mieux comprendre et prédire la crue des eaux. Nous avons besoin d’un système plus cohérent pour anticiper où les inondations auront lieu », cite en exemple le ministre ajoutant que les communautés doivent se doter de meilleures infrastructures pour contrôler la crue des eaux et protéger les zones à risques.

« Toutes ces choses font partie de la solution. Les gouvernements fédéral, provinciaux et municipaux doivent se mobiliser ainsi que le secteur privé et les assureurs », précise M. Goodale.

Encore beaucoup de travail

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, a indiqué que le niveau de l’eau devrait atteindre un sommet dans l’ouest de la ville d’ici la fin de la journée jeudi et d’ici vendredi dans l’est de la capitale. 

Il faudra attendre au moins une semaine avant que l’eau ne commence à descendre, croit le maire ajoutant que la phase de nettoyage sera longue et ardue.

« Nous aurons besoin de votre aide dans les semaines à venir parce que l’opération nettoyage sera considérable. On a pu voir plusieurs débris sur les terrains, des balançoires, des tables à pique-nique et des morceaux de bois contaminés. », relate M. Watson.

Une fois le retour à la normale, plusieurs questions devront être soulevées dans les différentes communautés touchées afin d’éviter de tels scénarios, croit le ministre Goodale « Une leçon que nous avons apprise à la suite des inondations de cette année et celles de 2017, c’est de se demander si on doit reconstruire à la même place et de la même façon ou si on doit modifier les exigences au niveau du zonage », précise le ministre fédéral.