Inondations à Gatineau: les militaires s'activent et un couple construit un rempart

Des militaires des Forces armées canadiennes étaient à pied d’oeuvre dimanche matin pour aider des citoyens à remplir des sacs de sable dans le district du lac Beauchamp. Non loin de là, un couple aidé de nombreux amis a bâti une muraille autour de leur maison du boulevard Hurtubise pour se protéger de la crue des eaux.

Sur la rue Watt devant le parc Racicot, une dizaine de personnes ont répondu à l’appel d’Andrée-Anne Alarie qui a utilisé les médias sociaux à 9 h pour demander l’aide de bénévoles pour l’ensachage. En prime, plusieurs soldats sont venus contribuer à l’effort.

«Nous allons distribuer les sacs pour les gens sur Hurtubise, Notre-Dame, tous ceux qui ont besoin de sacs. Y’a aussi des gens qui en ont besoin à l’extérieur du secteur. Nous allons en distribuer, nous sommes là pour ça. Les militaires sont ici pour nous aider», a raconté Mme Alarie.

Cette dernière a tenu à rappeler aux citoyens qu’il y a plusieurs quartiers de la ville susceptibles d’inondations où des corvées locales ont lieu, comme dans le secteur Masson-Angers et sur la rue Saint-Louis.

«On ignore comment les crues seront cette année, alors on préfère prévenir», a noté la jeune femme, qui n’habite pas dans un secteur inondable, mais qui a jugé important de contribuer à la cause pour la communauté.

«C’est du bon karma. Si j’étais dans cette situation, j’aimerais me faire aider par les gens», a-t-elle indiqué.

Une autre citoyenne, Amélie Clément, ne pouvait remplir des sacs de sable pour des raisons de santé, mais elle a tenu à apporter du café et des muffins, entre autres, pour carburer les bénévoles.

«Je ne pouvais rester assise chez moi, a-t-elle expliqué. J’ai apporté de la nourriture et des breuvages. On fait notre petite part.»

Fortifications

Sur le boulevard Hurtubise, nombreux sont les propriétaires qui ont érigé un barrage de sacs de sable autour de leur maison, et aussi près des portes et des fenêtres. Jean-Claude Larocque et sa femme Mélany Cannavino ont construit une muraille de milliers de sacs de sable dans l’espoir d’éviter que le scénario de 2017 se répète alors que la digue qu’ils avaient construite n’avait pas été en mesure de protéger leur résidence. Ils sont aussi équipés de pompes pour évacuer l’eau.

Mélany Cannavino et Jean-Claude Larocque

«On ne veut pas de dégât d’eau cette année. On a construit plus large», a expliqué M. Larocque, qui a fait venir plusieurs camions de sable chez lui cette année.

En 2017, le couple avait été obligé d’aller chercher des poches de sable en chaloupe, une expérience qu’il ne veut pas revivre cette année.

«On se dit que ça va bien aller. De toute façon, on est prêts», a réagi Mme Cannavino concernant leurs mesures préventives en prévision d’une crue majeure de la rivière des Outaouais.