Un violent incendie a réduit en cendres le CPE Le Soleil de Jeannot à Granby, le dimanche 6 septembre en soirée.
Un violent incendie a réduit en cendres le CPE Le Soleil de Jeannot à Granby, le dimanche 6 septembre en soirée.

Incendie au CPE Le Soleil de Jeannot: Le service de garde interrompu pour deux autres semaines

Nicolas Bourcier
Nicolas Bourcier
La Voix de l'Est
L’équipe de gestion du CPE Le Soleil de Jeannot à Granby, qui a été le théâtre d’un violent incendie le 6 septembre dernier, travaille d’arrache-pied pour relocaliser les 80 enfants qui fréquentaient l’établissement et qui se retrouvent sans service de garde pour deux autres semaines.

Le CPE aura toutefois besoin de «souplesse administrative de la part du ministère de la Famillle» pour pouvoir relocaliser tous les enfants dans des locaux temporaires, a indiqué la directrice générale du CPE, Myriam Urquizo-Grégoire, puisqu’ils doivent être conformes aux exigences gouvernementales. 

La priorité, assure-t-elle, est de trouver des espaces pour les 80 enfants dans les plus brefs délais tout en assurant leur santé et leur sécurité et en ne les séparant pas de leur groupe ni de leur éducatrice.

Le brasier d’origine suspecte a tenu les pompiers occupés durant une longue intervention de huit heures dans la nuit entre le 6 et le 7 septembre.

«C’est une réorganisation colossale, mais on met tout l’énergie et le temps — énormément de temps — sur la relocalisation», soutient Mme Urquizo-Grégoire, dont les deux enfants (2 ans et 4 ans) fréquentaient le CPE et qui en est à la 38e semaine de grossesse pour son troisième.

L’inventaire d’équipements de protection individuelle (masques, visières, etc) a brûlé avec le reste du bâtiment dans l’incendie. «Tout a brûlé, on n’avait plus rien», rapporte la directrice générale, assurant qu’il a rapidement été remplacé.

Une vague de solidarité «incroyable»

Myriam Urquizo-Grégoire dit avoir été énormément touchée par la vague de solidarité de la communauté. Un comité de don de jouets a été mis sur pied et, à peine quelques jours plus tard, il devait en refuser tellement la réponse a été forte.

À LIRE AUSSI : Les dons de jouets affluent au CPE Le Soleil de Jeannot

«Beaucoup de parents d’enfants de notre CPE sont venus donner des jouets de la maison. Ils n’ont plus leur service et ils viennent quand même offrir des jouets. On voit que les parents sont avec nous, on sent le soutien de leur part», dit-elle.

Cette vague de soutien arrive à point, confie la directrice générale, qui témoigne d’une «surexposition d’état d’urgence» avec le service d’urgence à offrir en moins de 24h en mars dernier, au début de la pandémie, doublé du sinistre de la semaine dernière. «Pour les filles, ce n’est pas qu’un milieu de travail ; c’est un milieu de vie. On revenait tout juste à une normalité...»