Les 80 enfants qui fréquentent le CPE Le Soleil de Jeannot ne pourront pas retourner à leur garderie. Le feu qui a ravagé le bâtiment dimanche soir, considéré comme une perte totale, a semé l’émoi chez les parents.
Les 80 enfants qui fréquentent le CPE Le Soleil de Jeannot ne pourront pas retourner à leur garderie. Le feu qui a ravagé le bâtiment dimanche soir, considéré comme une perte totale, a semé l’émoi chez les parents.

Incendie au CPE Le Soleil de Jeannot : des parents et des éducatrices consternés [PHOTOS]

Roxanne Caron
Roxanne Caron
La Voix de l'Est
Les 80 enfants qui fréquentent le CPE Le Soleil de Jeannot à Granby ne pourront pas retourner à leur garderie. Le feu qui a ravagé dimanche soir le bâtiment, considéré comme une perte totale, a semé l’émoi chez les parents. La directrice générale de l’installation de la rue Le Corbusier, Myriam Urquizo Grégoire, assure toutefois être proactive dans le dossier afin de relocaliser le plus rapidement possible le service éducatif, soit le 14 septembre prochain.

Stéfanie Prince était sans mots, lundi matin. Ses trois enfants de 3 ans, 4 ans et 4 mois n’ont plus de garderie. «Je viens de commencer le cégep il y a deux semaines et mon conjoint travaille. J’ai beau avoir des amis, ils ne pourront pas me dépanner si longtemps...», lance la mère de sept enfants.

À LIRE AUSSI: Incendie d'origine suspecte au CPE Le Soleil de Jeannot [VIDÉO]

Mme Prince a tenu à se déplacer sur les lieux afin de constater l’ampleur des dégâts. «Du personnel était déjà sur place. Une éducatrice m’a rassurée en me disant qu’ils étaient déjà en mode solution», explique-t-elle.

Et si des locaux sont dénichés, est-ce que ses trois enfants seront tous à la même place? se questionnait la maman lundi matin.

Une autre mère de trois enfants était elle aussi désemparée face à la situation. Elle avoue ne pas avoir de plan B pour l’instant. Elle a aussi dû rassurer son garçon de trois ans qui croyait que ses copains avaient été blessés. «C’est comme leur deuxième maison. Et en plus, on ne se cachera pas qu’il manque énormément de places en garderie», relève-t-elle.

Cynthia Morrissette venait tout juste d’avoir une place dans le CPE, il y a une semaine, pour son enfant de 4 ans. «Je suis un parent qui a, comme plusieurs, perdu son service de garde durant la COVID et j’ai été chanceuse d’avoir un appel cet été de ce CPE. [...] Nous avons présentement des problèmes au niveau du nombre de places disponibles à Granby. Lorsqu’un service a une place, nous sommes une trentaine de parents et même plus à nous battre pour l’avoir», rapporte-t-elle.

Comme la maman est en congé de maternité jusqu’en février, elle pourra garder son fils avec elle.

« C’est très dommage, car j’étais tombée amoureuse de cette place, du personnel et aussi de l’installation. »

Proactifs

Contactée par La Voix de l’Est, la directrice générale, Myriam Urquizo Grégoire, semblait en contrôle de la situation malgré les circonstances. « On est à pied d’œuvre pour remettre le service le plus rapidement possible en place. »

« Nos éducatrices responsables de groupes vont communiquer avec les familles de leur groupe respectif pour les informer individuellement. C’est important pour nous que chaque parent ait un contact direct. Les appels seront tous faits ce soir [lundi] », a -t-elle ajouté.

Lundi matin, un courriel de la direction a déjà été envoyé à tous les parents dont les enfants fréquentent le CPE de la rue Le Corbusier, près de l’école secondaire Joseph-Hermas-Leclerc. 

«Nous sommes conscients qu’à l’heure actuelle les informations que nous vous transmettons ne sont pas suffisantes pour vous permettre d’établir un plan pour les jours futurs concernant la garde de votre enfant. Un plan B vous est fortement recommandé à l’heure actuelle pour les jours à venir», est-il indiqué dans la missive.

« Nous sommes en communication avec le Ministère de la Famille et attendons les consignes à suivre concernant les possibilités de continuité de notre service éducatif pour votre enfant », est-il entre autres écrit. 

L’équipe de gestion s’est réunie lundi matin afin d’élaborer un plan de continuité de services. De plus, les membres du conseil d’administration, composé de parents décideurs, ont été mis à contribution lundi après-midi pour faire état de la situation.

« Dévasté »

Les éducatrices* avec qui La Voix de l’Est a pu s’entretenir n’avaient qu’un seul mot qui leur venait en tête pour décrire leur sentiment : « dévasté ». 

« J’ai l’impression que c’est un cauchemar », dit l’une d’elles. 

Cette femme espérait de tout cœur trouver une solution pour les parents le plus rapidement possible. « Ce sont leurs enfants qui sont le plus touchés. »

« L’équipe du CPE est unie. C’est comme une famille. Les installations sont super belles et c’est une garderie très bien équipée » a-t-elle relevé. 

Une autre éducatrice avait la voix éteinte, visiblement ébranlée par le sinistre. « On a vraiment de la peine. On se ramasse tous devant l’inconnu. C’est assez intense », a-t-elle lâché.

* Les éducatrices ont souhaité préserver leur anonymat.