Il s’attaque à des personnes incarcérées pour des crimes à caractère sexuel

Incarcéré pour avoir voulu jouer les proxénètes avec une adolescente de Sherbrooke, Francis Mercier tente d’être maintenant un justicier en s’attaquant à des personnes incarcérées pour des crimes à caractère sexuel.

Mercier a reconnu avoir agressé physiquement, Pascal Montembeault ainsi qu’un père incestueux dans le secteur de protection du Centre de détention de Sherbrooke.

Lire aussi: L’agresseur sexuel Pascal Montembeault encore accusé

16 mois de prison pour leurre et sollicitation de services sexuels

Francis Mercier s’est vanté d’avoir frappé « un pédophile célèbre » après avoir agressé Montembeault en janvier 2018.

L’individu de 38 ans est accusé de plus de 30 accusations de leurre informatique, de production de pornographie juvénile, d’incitation à des contacts sexuels et d’avoir rendu accessible du matériel sexuellement explicite.

Ces crimes allégués auraient été commis entre juillet 2015 et juin 2017.

Les victimes alléguées sont situées un peu partout au Québec, dont la Mauricie et le Lac-Saint-Jean. Plusieurs de ces accusations sont passibles de peines minimales de prison ferme.

Devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec, Francis Mercier a aussi reconnu des voies de fait cotre un père incestueux en décembre 2017.

Deux autres complices l’avaient aidé à frapper l’individu qui se trouvait en détention dans le même secteur que lui.

L’avocat de la défense Me Jean Leblanc a fixé les observations sur la peine de son client au 7 novembre prochain.

Francis Mercier a été condamné à 16 mois de prison en novembre 2017.

L’individu, qui avait de 23 ans à l’époque, avait plaidé coupable aux accusations de leurre informatique et de sollicitation de services sexuels.

Il avait reconnu qu’entre le 7 septembre et le 25 octobre 2017, il avait communiqué avec une adolescente en vue d’obtenir, moyennant, rétribution, les services sexuels d’une personne de moins de 18 ans, le leurre informatique entre les mêmes dates de même qu’un bris de probation.

Mercier aurait renoué avec la plaignante sur Facebook en mentionnant vouloir l’aider à faire plus d’argent. Il lui aurait demandé des photos d’elle. Puis au fil des conversations, il lui aurait offert de se rendre à Toronto, de vivre dans un condo de luxe et faire plus de 2000 $ par soir.

Il voulait la rencontrer pour « vérifier ses atouts ». Il lui a aussi offert 100 $ pour obtenir des services sexuels de sa part.