Le salaire des cueilleurs de framboises ou de fraises passe respectivement à 3,71 $ et à 0,99 $ du kilogramme, des hausses respectives de 0,15 $ et de 0,04 $.

Hausse des salaires minimums au Québec

Le taux général du salaire horaire minimum augmente mercredi de 4,17 % au Québec.

Le salaire minimum passe donc de 12,00 $ à 12,50 $.

En effectuant cette annonce en janvier dernier, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, affirmait que cette hausse de 4,17 pour cent profiterait à 288 200 salariés québécois. Il précisait qu’il s’agirait d’une augmentation annuelle du revenu disponible variant entre 400 $ et 650 $, selon le nombre d’heures travaillées et la situation familiale des salariés.

Le salaire minimum payable aux salariés rémunérés au pourboire est fixé à 10,05 $ l’heure, une augmentation horaire de 0,25 $, et celui des cueilleurs de framboises ou de fraises passe respectivement à 3,71 $ et à 0,99 $ du kilogramme, des hausses respectives de 0,15 $ et de 0,04 $.

Le ministre Boulet a prévu que ces mesures relèveraient à 50 % le ratio entre le salaire minimum et le salaire horaire moyen pour la période 2019-2020. Selon le ministère des Finances, le salaire horaire moyen a été de 24,92 $ l’heure au Québec en 2018.

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), qui fait campagne pour augmenter le salaire minimum horaire à 15 $ l’heure, croit qu’un salaire de 12,50 $ reste insuffisant pour permettre aux travailleurs au salaire minimum d’arriver à vivre dignement. La Confédération des syndicats nationaux (CSN) pense que ces augmentations ne permettent pas à des centaines de milliers de travailleurs de vivre décemment ni de stimuler adéquatement l’économie du Québec.

En janvier, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) prévoyait que cette augmentation créerait une pression à la hausse plus importante que prévu sur les coûts salariaux des PME, en plus de leur enlever de la flexibilité. Quant au Conseil du patronat du Québec (CPQ), il soulignait que l’augmentation de 4,17 % du taux général du salaire minimum représentait une majoration supérieure à l’inflation, à la hausse du coût de la vie et aux hausses générales de salaires prévues il y a trois mois à 2,6%.