La Cour supérieure autorise le rachat des six journaux de GCM (dont Le Quotidien) par les employés, sous réserve de l’approbation par les créanciers.

Groupe Capitales Médias: feu vert au projet de coopératives

Le projet de coopératives des six journaux de Groupe Capitales Médias (GCM) obtient l’aval du tribunal ; le juge Daniel Dumais de la Cour supérieure autorise le rachat par les employés sous réserve de l’approbation par les créanciers.

Le juge Dumais a pris environ 24 heures pour accepter la proposition recommandée par le séquestre de PwC, soit l’acquisition des six journaux par autant de coopératives où les employés seront les propriétaires majoritaires. « Le temps presse, les liquidités diminuent, écrit le juge Dumais. Il faut agir rapidement si on veut en arriver à une solution de restructuration qui permette de sauver l’entreprise Groupe Capitales Médias, ses journaux et les emplois qui en dépendent. »

« Nous sommes très contents de la décision, car dans un premier temps, ça vient démontrer que notre projet est intéressant et crédible. Dans un second temps, ça nous permet de poursuivre le travail pour finaliser le financement central. C’est une étape importante. Il y a eu des journées plus difficiles, mais là, c’est une magnifique journée pour notre projet », a commenté le porte-parole du comité provisoire et journaliste au Quotidien, Louis Tremblay, qui souligne l’appui de la population.

Au Saguenay–Lac-Saint-Jean, la campagne de contributions volontaires a dépassé son objectif de 800 000 $.

Cette décision de la Cour supérieure ne vient toutefois pas clore les procédures, puisque le plan reste à être approuvé par les créanciers à la mi-décembre. Le créancier principal de GCM, Investissement Québec, qui avait prêté 15 millions $ à l’entreprise, a déjà dit qu’il préférait l’offre des coopératives à celle de l’autre acquéreur potentiel, Métro Média. IQ a aussi indiqué qu’elle renonçait à sa créance dans la mesure où la réorganisation proposée se réalise. La transaction n’est d’autant pas finale, rappelle le juge Dumais, qu’il reste encore du travail à faire pour boucler le financement requis. Les coopératives espéraient démarrer avec un fonds de 21 millions $. Environ 16 millions $ seraient confirmés pour l’instant.

Le plan des coopératives implique la terminaison des régimes de retraite à prestation déterminée de 900 retraités et 300 employés actifs. Tous les membres du régime subiront une perte d’environ 25 % en raison d’un déficit de solvabilité. Dans sa décision, le juge Dumais note que les syndicats et comités de retraite entendent collaborer à la restructuration. Le juge indique avoir entendu la déception et les inquiétudes des retraités.

Le dossier reviendra devant le juge Daniel Dumais le 18 décembre pour homologation du plan, s’il est approuvé par les créanciers.