Le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, a fait savoir, vendredi en point de presse, que des wagons qui transportent sept millions de litres de propane seront acheminés à Beauharnois, Saint-Hyacinthe et Lévis, à des fins de distribution.

Grève au CN: Québec estime avoir du propane pour environ une semaine

Québec croit avoir suffisamment de propane pour répondre aux besoins jugés essentiels pour environ une semaine, alors que la grève à la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CN) se poursuit.

Le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, a fait savoir, vendredi en point de presse, que des wagons qui transportent sept millions de litres de propane seront acheminés à Beauharnois, Saint-Hyacinthe et Lévis, à des fins de distribution.

Un convoi en provenance d'Edmonton transportant environ sept millions de litres de ce gaz est également en direction de la province.

Avec ses 6 millions de litres déjà en stock, le Québec compte donc au total 20 millions de litres de propane, ce qui devrait pouvoir durer jusqu'à vendredi prochain, si l'on applique un rationnement de 2,5 millions de litres par jour, a indiqué M. Julien.

Toutefois, si le débrayage des quelque 3200 cheminots du CN, qui en était vendredi à sa quatrième journée, devait se prolonger, l'approvisionnement en propane deviendrait «plus complexe», selon lui.

Or, contrairement à ce qu'affirmait jeudi le premier ministre François Legault, le conflit ne devrait avoir aucun impact sur les réseaux de la santé et de l'éducation. Le gouvernement n'exige d'ailleurs plus l'adoption d'une loi spéciale pour mettre fin à la grève au CN.

«Pour le ministère de la Santé, (...) il n'y a pas d'enjeu pour le bien-être de la clientèle», a déclaré M. Julien, en disant s'appuyer sur des informations reçues dans la nuit du jeudi à vendredi.

«Et pour ce qui est de l'Éducation, aucun établissement n'a sa source d'énergie unique en propane, a-t-il ajouté. Tout est sous contrôle.»

La veille, M. Legault avait décrété que le Québec se trouvait dans un «état d'urgence». Il craignait notamment de manquer de propane pour chauffer les hôpitaux, les garderies et les résidences pour personnes âgées.

Dans ces circonstances, selon lui, le gouvernement fédéral ne pouvait «exclure d'avoir un projet de loi spéciale» pour forcer un retour au travail.

Le premier ministre estimait que les réserves de propane du Québec, qui alimentent notamment les séchoirs à grain de nombreux agriculteurs, seraient épuisées d'ici quelques jours. À ce moment, Québec chiffrait à environ 12 millions de litres ses réserves.

Le gouvernement se défend d'avoir crié au loup

Vendredi, Jonatan Julien a dû défendre le premier ministre Legault, qui n'a pas fait preuve «d'exagération», selon lui.

«On ne peut pas laisser perdurer cette situation-là», a-t-il soutenu. Cependant, une conversation vendredi avec le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, l'a convaincu de la nécessité de laisser les parties négocier.

«Le fédéral préconise une négociation, nous laissons le fédéral travailler là-dessus», a résumé M. Julien.

Entre-temps au Québec, la priorité sera accordée à ceux qui font de la production animale, puis aux producteurs de grains notamment.

Déjà confrontés à une saison des récoltes difficile en raison des conditions météorologiques, de nombreux agriculteurs sont incapables de faire sécher les grains récoltés puisqu'ils manquent de propane pour alimenter leurs séchoirs.

Des entreprises de distribution ont signalé à leurs clients, pour la plupart des agriculteurs, que la grève au CN allait les forcer à trouver des solutions de rechange.