Les membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) de la section locale de Montréal sont en grève depuis 22h30, lundi soir.

Grève à Postes Canada: au tour des employés de Montréal

OTTAWA — Les membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) de la section locale de Montréal sont en grève depuis 22h30, lundi soir.

En plus de toucher l’île de Mont­réal, la grève doit aussi affecter les villes de la Rive-Nord et de la Rive-Sud, dont Terrebonne, Laval, Chambly, La Prairie, Saint-Bruno, Châteaugauy et Beauharnois, a précisé la présidente de la section locale de Montréal, Lise-Lyne Gélineau.

Mme Gélineau a expliqué que le débrayage concernait la grande région de Montréal et que la section locale montréalaise comptait 6000 employés.

Elle a ajouté que la grève serait en vigueur jusqu’à nouvel ordre. Au moment de lancer ses premiers débrayages, le STTP avait décrété qu’ils auraient une durée de 24 heures. Ce principe ne semble plus être systématiquement observé.

Les grèves tournantes se poursuivent également ailleurs au pays.

Aux Îles-de-la-Madeleine

Les membres de la section locale de l’archipel des Îles-de-la-Madeleine, au Québec, sont en débrayage depuis minuit et une, samedi, et ils l’étaient toujours lundi soir.

Des débrayages ont aussi éclaté lundi à Pickering, Oshawa et Thunder Bay, en Ontario, de même qu’à Brandon et Winnipeg, au Manitoba.

La grève a également continué à Niagara Falls, en Ontario, mais les employés de Vancouver et Sudbury sont rentrés au travail.

Au moment où la grève était déclenchée dans la métropole québécoise, lundi soir, la présidente de la section locale de Montréal, Lise-Lyne Gélineau, a réitéré que la charge de travail est l’un des enjeux au cœur du litige, disant que les ventes en ligne amènent de plus en plus de colis à livrer pour ses membres.

«Les gens ont un itinéraire de huit heures, mais ils doivent terminer leurs routes. Ils sont payés pour le faire, mais ce n’est pas cela qu’ils veulent, ils veulent des itinéraires qui respectent un horaire de travail», a dit Mme Gélineau.

Dans un communiqué publié lundi, la direction de Postes Canada affirme qu’elle s’est engagée à collaborer afin de régler les problèmes de charge de travail entraînés par l’augmentation des volumes de colis.

Elle veut aussi discuter de l’ajout de services financiers supplémentaires et aller au-delà de la question de l’équité salariale pour les employés ruraux et suburbains en leur donnant la sécurité d’emploi et en adoptant le même uniforme pour tous les employés chargés de la livraison.