Michael Matthews a remporté le Grand Prix cycliste de Québec, vendredi après-midi,

Grand Prix cycliste de Québec: l’Australien Michael Matthews prend goût à la victoire [PHOTOS]

Il y prend goût! Pour une deuxième fois d’affilée, l’Australien Michael Matthews a remporté le Grand Prix cycliste de Québec, vendredi après-midi, en coiffant au sprint le Slovaque Peter Sagan et le Belge Greg Van Avermaet, deux habitués du podium de la Grande-Allée.

Comme à l’habitude, la course s’est jouée dans les derniers kilomètres lorsque le peloton a rattrapé les cinq coureurs d’une échappée qui durait depuis le premier tour. Tout était en place pour une fin excitante.

«Mes sentiments sont différents qu’en 2018. J’avais eu une mauvaise saison, j’étais émotif. Cette fois, je me sens privilégié et béni de réussir ce doublé. Le peloton était très relevé, les meilleurs au monde étaient au rendez-vous», disait le héros du jour.

Non seulement l’étaient-ils, mais ils avaient aussi gardé le meilleur pour la fin. Malgré l’écart de huit minutes qui séparait le groupe de tête au peloton, à un certain moment, tout le monde savait que le vainqueur serait déterminé au sprint. Et tous les gros noms s’y sont pointés : Matthews, Sagan et Van Avermaet, mais aussi le Belge Jasper Stuyven (5e), le numéro 1 mondial Julian Alaphilippe (7e), le Québécois Hugo Houle (15e) et le Canadien Michael Woods (17e). En fait, ils ont été 31 à obtenir le même temps de 5 heures, 13 minutes et 1 seconde au terme de cette balade de 201,6 km effectuée sous un ciel ensoleillé dans les rues de la capitale, où une foule massive était de la partie.

Matthews savourait pleinement sa victoire, d’autant plus qu’il ne pensait pas pouvoir racheter une faute stratégique commise dans le dernier tour.

«Dans les deux derniers kilomètres, j’ai commis une grave erreur. J’étais beaucoup trop loin au bas de la dernière montée et j’étais convaincu que ma course était terminée. J’ai grimpé avec l’énergie du désespoir, j’ai rattrapé les 5-6 coureurs en tête qui se sont mis à se regarder. J’avais les jambes, alors j’ai joué le tout pour le tout. J’ai couru avec mon cœur, je ne sais pas comment j’ai fait», résumait celui qui avait tout misé sur le sprint à l’entraînement, ces derniers temps.

À Montréal, dimanche, Matthews pourrait devenir le premier coureur à réussir des doublés successifs dans les deux villes. En 2018, l’Australien l’avait aussi emporté à Québec et Montréal.

«C’est correct» dit Sagan

Le Slovaque Sagan et le Belge Van Avermaet l’ont accompagné sur le podium. Sagan le faisait pour une troisième fois après avoir gagné en 2016 et 2017. Van Avermaet, lui, s’en offrait un sixième, mais n’a jamais goûté à la victoire à Québec.

«Ça aurait pu être mieux, ça aurait pu être pire, c’est correct! Depuis six ou sept ans, ce sont toujours les mêmes gars qui sont sur le podium. Les gros noms sont devant, ils se regardent, se demandent quoi faire et le peloton revient. Il n’y a personne de meilleur qu’un autre, c’est comme ça», notait Sagan en serrant la pince de Matthews et en nous saluant.

Le Belge, lui, n’était pas triste à l’idée d’avoir encore été tenu à l’écart de la première marche de tribune d’honneur.

«Ce n’est pas une course facile, je suis satisfait de la façon dont ça s’est déroulé. J’ai répondu aux attaques d’Alaphilippe, et même si j’ai dû puiser au fond de moi, je n’étais pas trop inquiet pour le sprint. Bon, on a perdu un peu de force, mais j’étais heureux de pouvoir suivre tous ces gars», notait celui qui a terminé troisième pour la seconde fois à Québec.

+

Grand Prix cycliste de Québec.

+

GUILLAUME BOIVIN CHUTE

Il espérait faire un coup d’éclat, mais pas de retenir l’attention comme il l’a fait involontairement, vendredi. Victime d’une chute à la toute fin du 9e tour, le Québécois Guillaume Boivin a terminé la course à l’hôpital après avoir roulé sur une gourde d’eau. «Je suis dévasté, mais j’espère être à Montréal», laissait-il savoir par l’entremis de l’équipe Israel Academy. En plus de la deuxième tranche des GPCQM, dimanche, Boivin doit aussi faire partie de la sélection canadienne pour les Mondiaux, dans deux semaines.

Adam Roberge, un autre Québécois, a aussi été contraint à l’abandon au 5e tour lorsqu’il est tombé en roulant dans un nid-de-poule tout juste après avoir passé devant le Château Frontenac. Jusque-là, il faisait partie d’un groupe de six coureurs qui s’était échappé dès le début de la course. Il a également été transporté à l’hôpital pour y passer des radiographies puisqu’on craignait une fracture de la clavicule dans son cas. Carl Tardif