Un sapin grand format offert par la Ville de Granby a fait son apparition dans un parc de Sherbrooke.

Granby offre un «cadeau d'hôtesse» à Sherbrooke

La Ville de Granby a offert un «cadeau d’hôtesse» à Sherbrooke, la ville centre de la région administrative de l’Estrie dont elle est convaincue de joindre les rangs en 2019. Des employés municipaux granbyens ont érigé et décoré mardi soir un imposant sapin de Noël au parc Jacques-Cartier.

« C’est pour faire sourire les gens de Sherbrooke et aussi dire aux gens de Granby que l’administration (municipale) sait où elle s’en va. Et elle veut le faire de la bonne façon », a fait valoir le maire de Granby, Pascal Bonin.

Selon lui, c’est toutefois un hasard si ce geste est posé moins de 24 heures après que le député de Granby, ministre responsable de l’Estrie et ministre des Transports, François Bonnardel, eut affirmé à La Tribune que la Haute-Yamaska joindra la région de l’Estrie en 2019.

« Granby est prête. La MRC (de la Haute-Yamaska) a donné son aval. Les préfets de l’Estrie sont prêts à nous accueillir. Il reste à franchir les dédales administratifs », a relevé François Bonnardel.

À lire aussi: Granby joindra l’Estrie avec ou sans Brome-Missisquoi

Pascal Bonin affirme que l’installation du sapin avait été évoquée par les deux administrations municipales au cours des dernières semaines, question d’avoir le feu vert pour procéder sans embûches à la livraison du conifère de 17 pieds.

Granby souhaite de cette façon manifester son originalité. « Comme Sherbrooke est la ville centre de l’Estrie et qu’on s’en va là, je pense qu’on a tout avantage à arriver de façon polie. Et c’est aussi un peu notre marque de commerce, sous mon administration, de faire des choses qui sortent de l’ordinaire. Ça donne le pouls à Sherbrooke qu’on est audacieux », lance le maire Bonin.

Le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, et le maire de Granby, Pascal Bonin se sont rencontrés à plusieurs reprises au cours de la dernière année, notamment à l'occasion de la Fête des mascottes.

Clin d’oeil

Son homologue de Sherbrooke, Steve Lussier, avoue avoir été un brin surpris de voir apparaître le sapin dans le décor de sa ville. « Je ne pensais pas qu’il (Pascal Bonin) le ferait », a-t-il déclaré à La Voix de l’Est en riant.

Reste qu’il dit apprécier le geste. « C’est un clin d’oeil qui témoigne qu’on va bien travailler ensemble. Lorsque je me promène sur la rue et que je demande aux gens s’ils croient que Granby fait partie de l’Estrie, 95 % me disent oui. Pour eux, Granby est déjà intégrée à la région », affirme M. Lussier.

Le maire de Sherbrooke affirme être prêt à accueillir Granby à « bras ouverts » dans la région administrative de l’Estrie et à travailler avec le maire Bonin. Certaines discussions ont déjà été réalisées, dit-il.

Granby et Sherbrooke ont beaucoup en commun, que ce soit dans les secteurs de la santé, de l’éducation ou de l’immigration, conviennent les deux maires.

Une éventuelle collaboration pour, par exemple, attirer des investisseurs du milieu hôtelier a par ailleurs été évoquée. Mais rien de concret n’a encore été mis en branle, dit Steve Lussier.

Rapprochements

L’année 2018 en aura d’ailleurs été une de grands rapprochements pour Granby. La Ville a renoué avec sa voisine, Bromont, avec qui les relations ont, à une époque, été tendues. Mais une relation amicale s’est aussi développée entre le maire de Granby et le maire Lussier de Sherbrooke.

Les deux se sont rencontrés à quelques reprises au cours de l’année. M. Lussier est notamment venu à Granby l’été dernier, à l’occasion de la Fête des mascottes, pour « s’inspirer des bonnes pratiques ».

 Il avait entre autres visité la bibliothèque Paul-O.-Trépanier, rénovée en 2016 au coût de 2,3 millions $. Il s’était aussi intéressé au projet, en préparation, de revitalisation du centre-ville, alors que Sherbrooke travaille sur un projet similaire avec le Quartier Well Sud.