Le candidat pour le Parti conservateur du Canada dans Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, reçoit la visite de Gérard Deltell depuis lundi. Le député de Louis-Saint-Laurent est au Saguenay jusqu’à mardi.

Gérard Deltell en appui à Richard Martel

Ça va bientôt faire deux mois que Richard Martel est officiellement candidat dans la circonscription de Chicoutimi-Le Fjord en vue de l’élection partielle. Le nouveau porte-étendard du Parti conservateur du Canada est toujours le seul en lice, les autres partis préférant attendre que le gouvernement libéral déclenche la partielle. Qu’à cela ne tienne, Martel poursuit son travail sur le terrain, accompagné depuis deux jours de Gérard Deltell.

Le député de Louis-Saint-Laurent est venu appuyer l’actuel commissaire de la Ligue nord-américaine de hockey. C’est d’ailleurs sa première visite au Royaume depuis que Richard Martel a dévoilé ses couleurs conservatrices en conférence de presse. M. Deltell s’est montré très confiant quant à la suite des choses.

« Il fait plus que ses classes, il est en train de démontrer c’est quoi le travail d’un député, a fait remarquer Gérard Deltell, de passage dans les bureaux du Quotidien en compagnie de Richard Martel. Ce que j’ai vu, c’est un député qui est prêt à assumer ses responsabilités, qui est à l’écoute des gens. C’est un homme d’engagement et d’action. C’est relativement facile de dire bonjour et de serrer des mains, mais ce n’est pas juste ça. Il faut connaître les enjeux. »

Au cours de la journée de lundi, les deux hommes ont visité deux restaurants Tim Hortons, en plus de se rendre à Ferland-et-Boilleau pour rencontrer le maire Hervé Simard, ainsi que les dirigeants de la Coopérative forestière Ferland-Boilleau. La journée a pris fin avec une visite de l’Usine Grande-Baie, de Rio Tinto.

Les enjeux des différents milieux ont été abordés, ce qui a permis à Richard Martel d’en apprendre encore un peu plus sur les dossiers sensibles de la circonscription laissée vacante à la suite du libéral Denis Lemieux, en novembre dernier.

« C’est du travail et avant d’embarquer dans la politique, il faut en être conscient, a émis Richard Martel. C’est un beau défi et j’ai envie d’être à l’écoute des gens et de les représenter. »

Pendant que le gouvernement libéral attend toujours avant de déclencher l’élection partielle dans Chicoutimi-Le Fjord, les conservateurs poursuivent leur travail. C’est d’ailleurs le seul parti représenté à ce jour.

«Il y a des enjeux importants, mais il manque un député, a rappelé Martel. Ça pénalise certaines gens et certaines entreprises. Je ne comprends pas que ça prenne autant de temps et je suis surpris. »

Tout en étant confiants du travail accompli jusqu’à maintenant, Gérard Deltell et Richard Martel ont préféré ne pas trop s’avancer sur ce qu’ils ont ressenti sur le terrain.

« Ça appartient aux citoyens et personne ne se présente à une élection pour perdre, a lancé M. Deltell. On a l’intention de gagner pour les gens de Chicoutimi. Ils ont besoin d’un député qui connaît le comté, les gens et les enjeux, et qui va être un porte-parole costaud à la Chambre des communes. »