L’aquaplanage survient lorsqu’au moins un pneu perd le contact avec la route. Plus le niveau d’eau est élevé, plus le risque augmente.

Gare à l’aquaplanage!

L’hiver prend des airs de printemps ces jours-ci. Il fait plus chaud que d’habitude, il pleut et la neige fond. Rien de spécial sur les routes?

Eh bien non. Comme le sol est encore gelé, toutes ces conditions météorologiques favorisent les accumulations d’eau sur la chaussée. 

«Cela n’augure rien de bon pour les nids-de-poule, mais pour l’instant, c’est de l’aquaplanage dont il faut se méfier», a averti CAA-Québec, mardi. 

Lorsque le sol est gelé, «l’eau va rester prise en surface, et ça va faire en sorte qu’il va se former des trous d’eau», précise le porte-parole de CAA-Québec, Pierre-Olivier Fortin. 

L’aquaplanage survient lorsqu’au moins un pneu perd le contact avec la route. Plus le niveau d’eau est élevé, plus le risque augmente. 

Normalement, le pneu réussit à évacuer l’eau pour maintenir l’adhérence à la chaussée. «Mais lorsqu’il y en a trop, le pneu ne peut plus l’évacuer, donc il va se trouver à perdre le contact avec la chaussée. On flotte, d’une certaine façon», explique M. Fortin. 

Le conducteur perd alors la maîtrise de son véhicule. Ce qui peut entraîner des accidents, parfois mortels. 

Prévention

Pour éviter l’aquaplanage, CAA-Québec suggère de réduire sa vitesse lorsqu’il pleut ou qu’on soupçonne la présence de flaques d’eau. Des pneus qui roulent vite sur une chaussée mouillée doivent déplacer beaucoup d’eau de façon très rapide pour demeurer en contact avec le sol. Ainsi, la vitesse augmente le risque d’aquaplanage. 

Si le véhicule commence à déraper, il faut tenir fermement le volant et maintenir sa trajectoire, lâcher doucement l’accélérateur sans freiner et éviter toute manœuvre brusque. On peut réaccélérer doucement quand les pneus reprennent contact avec le sol. 

«En cas de perte totale de maîtrise du véhicule, la meilleure chose à faire est de tenter de garder le véhicule sur la route en gardant les yeux rivés sur la porte de sortie, et non sur les obstacles à éviter», précise CAA-Québec.

L’association d’automobilistes conseille par ailleurs d’éviter d’utiliser le régulateur de vitesse lorsque la chaussée est mouillée, puisque les roues vont se mettre à accélérer au lieu de ralentir en cas d’aquaplanage. Elle souligne aussi que les pneus usés et l’usure de la suspension évacuent l’eau moins efficacement.

Pour éviter les douches froides aux piétons ou aux cyclistes, CAA-Québec en profite aussi pour encourager les automobilistes à la courtoisie. «Soyons courtois et évitons les éclaboussures en levant le pied et en ralentissant au maximum à l’approche des flaques d’eau, particulièrement lorsqu’on circule en ville.» 

***

ÉPANDAGE INTENSIF D'ABRASIF

La Ville de Québec a mené un épandage intensif d’abrasif afin de sécuriser les trottoirs et les chaussées pendant l’épisode de pluie verglaçante qui devrait se poursuivre jusqu’à mercredi matin. 

«Bien que la machinerie sillonne le réseau routier en continu, les surfaces peuvent demeurer glissantes et il importe que les citoyens soient des plus prudents lors de leurs déplacements», précise la Ville dans un communiqué. Celle-ci s’assurera aussi du drainage de l’eau dans les rues jusqu’à la fin des précipitations. 

Des travaux ont été amorcés pour déboucher et dégager les grilles de rue, afin de prévenir la rétention d’eau dans les points bas.