Faute d’une invitation officielle au G7, le ralliement des manifestants aura lieu au Centre des congrès, autour de 16h30 le 5 avril.

G7: une première contestation le 5 avril à Québec

La première manifestation contre le G7 est confirmée : le rendez-vous est donné devant le Centre des congrès de Québec le 5 avril afin de souligner la présence dans la capitale «des hommes d’affaires parmi les plus puissants du monde».

Histoire de donner le coup d’envoi à la contestation et offrir un contre discours, la Coalition Eau Secours, le Regroupement d’éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et Chaudière-Appalaches (RÉPAC) ainsi que le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste claironnent donc le premier rappel des troupes

Pourquoi le 5 avril, à deux mois du Sommet du G7 qui rassemblera les chefs d’État des puissances économiques à Québec et La Malbaie? Parce que la capitale sera alors l’hôte du Business Summit 7 (B7). L’édition 2018 est organisée par la Chambre de commerce du Canada. L’événement réunit annuellement les «plus grands groupes d’affaires» des pays membres — Canada, France, Allemagne, Italie, Japon, Royaume-Uni et États-Unis. Ceux-ci discutent afin de mettre la table, afin de transmettre leurs «recommandations» aux chefs d’État quant aux décisions à prendre durant le Sommet du G7.

Sauf que les organisateurs du B7 demeurent discrets quant au lieu de l’assemblée réservée à une centaine de convives du milieu des affaires.

«Derrière des portes closes, dans un lieu tenu secret, les plus riches, le fameux 1 %, complotent pour influencer les dirigeant-e-s du G7. Difficile de trouver une meilleure occasion pour lancer les mobilisations contre le G7», écrivent les contestataires sur Facebook afin d’expliquer leurs motivations. 

Faute d’une invitation officielle au B7, le ralliement aura lieu au Centre des congrès, autour de 16h30 le 5 avril. Pourquoi là? «C’est symbolique», note Marie-Ève Duchesne, permanente au Comité populaire Saint-Jean-Baptiste. Notamment parce que des activités du Sommet du G7 y auront lieu en juin.

«De là, une manifestation se déplacera vers le lieu (encore tenu secret) de la rencontre du B7», ajoute la notice descriptive publiée en ligne. «Ce sera une occasion pour les groupes sociaux de manifester publiquement contre cette rencontre antidémocratique et néolibérale. Nous sommes nombreux et nombreuses à penser que le G7 n’est pas le bon véhicule pour régler les nombreux problèmes auxquels la société fait face. Le G7 fait plutôt partie du problème en favorisant la concentration du pouvoir et de la richesse entre les mains de l’élite économique de plus en plus restreinte. Pendant que les dirigeant-e-s du G7 se pavanent devant les caméras, les véritables problèmes que les États devraient régler sont mis de côté et c’est la population qui en souffre.»

Nous l’évoquions récemment, des groupes altermondialistes, environnementalistes, anticapitalistes et syndicaux s’activent partout au Québec en prévision de la grand-messe des 8 et 9 juin. Des manifestations devraient avoir lieu dans la capitale et à La Malbaie.