Le président américain Donald Trump a attaqué le premier ministre canadien Trudeau sur Twitter après avoir quitté le sommet du G7 à La Malbaie samedi, fâché que le premier ministre canadien ait réitéré durant une conférence de presse l’intention du Canada d’imposer des tarifs douaniers sur certains biens provenant des États-Unis.

G7: l’Union européenne se range derrière Trudeau

BRUXELLES - L’Union européenne s’est résolument rangée lundi derrière le premier ministre canadien Justin Trudeau, qualifié de «malhonnête» et de «faible» par le président américain, Donald Trump, à l’issue du sommet du G7 de La Malbaie.

Le porte-parole de la Commission européenne, Margaritis Schinas, a déclaré que l’Union européenne (UE) «appuie sans réserve» la déclaration commune publiée samedi à la fin du sommet des leaders des sept puissances économiques (G7).

Le président américain avait accepté la déclaration commune des leaders du G7 sur le commerce, mais il s’en est retiré un peu plus tard, dans l’avion. Il s’est plaint d’avoir été surpris par les critiques de M. Trudeau, lors de sa conférence de presse de clôture, à l’égard des tarifs douaniers imposés récemment par Washington.

M. Schinas a précisé lundi que «l’Union européenne continuera à défendre un système multilatéral international fondé sur des règles» communes. Il a ajouté que le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, avait remercié M. Trudeau «pour l’excellente préparation et la présidence de ce difficile sommet».

La première ministre britannique, Theresa May, a également fait des pieds et des mains, lundi, afin de remercier M. Trudeau «pour son leadership et sa présidence habiles» de ce qu’elle a qualifié de «sommet difficile, avec parfois des discussions très franches».

Mme May a déclaré à la Chambre des communes que les autres pays du G7 «avaient exprimé leur profonde déception face à la décision injustifiée des États-Unis d’appliquer des droits de douane sur les importations d’acier et d’aluminium», et qu’ils avaient appelé au dialogue afin d’éviter l’escalade.

«Tout le monde perd»

À Londres, le maire Sadiq Khan a dit espérer que M. Trump reconsidérera des politiques comme la récente hausse des tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium en provenance d’Europe, de Chine, du Mexique, du Canada et d’ailleurs.

«J’espère qu’il réfléchira à ce que disent ses plus proches alliés - pas seulement le Royaume-Uni, mais aussi le Canada, l’Allemagne et le Japon: ce ne sont pas des ennemis, ce sont des amis», a-t-il déclaré à l’Associated Press. «Quand il y a une guerre commerciale, tout le monde y perd.»

+

UNE COLÈRE PASSAGÈRE, CROIT MULRONEY

OTTAWA — L’ancien premier ministre conservateur Brian Mulroney prédit que la diatribe de Donald Trump contre Justin Trudeau n’est qu’une tempête passagère.

M. Mulroney, qui connaît personnellement M. Trump et conseille discrètement l’actuel premier ministre sur la manière de traiter avec le bouillant président américain, a comparé la tirade livrée par le milliardaire le week-end dernier à une «forte averse d’été», le genre «qui vous tombent dessus abruptement et se dissipent tout aussi rapidement».

«Je n’ai jamais entendu pareil langage, encore moins de la part de subordonnés du président et dirigé contre le premier ministre de leur plus grand ami et allié», a commenté Brian Mulroney.

«Je n’ai jamais vu cela et personne n’a jamais vu ça.»

L’ancien premier ministre a estimé que le discours de clôture de M. Trudeau était «plutôt tempéré et ne méritait certainement pas une attaque». 

Jusqu’à présent, Justin Trudeau n’a pas commenté les propos de Donald Trump. La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, est restée prudente dimanche, se contentant de dire que le Canada ne croyait pas que les attaques ad hominem étaient une façon appropriée et efficace de gérer ses relations avec les autres pays.

Selon Brian Mulroney, Ottawa a raison de ne pas échanger d’insultes avec le président américain.

«Nous ne devrions pas nous lancer là-dedans. C’est le genre de concours dont on ne peut pas sortir gagnant.»  La Presse canadienne