Covid-19
Covid-19

Fonds alloués dans de brefs délais à des chercheurs canadiens pour la lutte contre le coronavirus

OTTAWA - Le Canada consacrera 6,5 millions $ à la recherche sur la lutte contre la propagation du nouveau coronavirus, après une coordination avec des chercheurs du monde entier pour lutter contre l’épidémie.

Des représentants des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) reviennent de deux jours de discussions avec plus de 300 scientifiques et chercheurs lors d’un forum de l’Organisation mondiale de la santé à Genève, en Suisse.

Ces scientifiques ont élaboré un plan pour répondre aux questions qui persistent sur le virus qui a tué plus de 1000 personnes, et se sont mis d’accord sur un ensemble de priorités de recherche.

Des chercheurs chinois ont participé à distance et leur message était que la recherche devait avoir pour objectif de maintenir les gens en vie.

Cela pourrait signifier le développement de thérapies médicales ou d’un vaccin à long terme. La Chine, où le virus a été détecté pour la première fois et où vivent la plupart de ses victimes, teste déjà des dizaines de traitements potentiels.

En attendant, cependant, les chercheurs adapteront leurs études pour se concentrer sur la prévention des infections, les protocoles de quarantaine, les mesures de protection individuelle et d’autres moyens de garder le virus à distance. L’OMS vise à étudier non seulement les vaccins et thérapies possibles, mais aussi l’efficacité de la réponse de santé publique et l’impact social que la maladie a eu dans le monde.

Le nouveau coronavirus, maintenant appelé Covid-19, a jusqu’à présent infecté plus de 45 000 personnes.

Les IRSC et plusieurs autres organismes de recherche canadiens ont obtenu 6,5 millions $ à distribuer en subventions de recherche sur l’épidémie, et s’attendent à recevoir plus d’argent, alors qu’ils poursuivent les négociations avec le gouvernement fédéral.

Le groupe a lancé un appel aux chercheurs, lundi, et Charu Kaushic, scientifique au Centre de recherche en immunologie des IRSC, a déclaré qu’elle passerait les 24 prochaines heures à réviser les demandes afin qu’elles s’alignent sur les priorités de l’Organisation mondiale de la santé.

L’institut a suggéré aux chercheurs de tout examiner, des interventions médicales à la propagation de la peur et de la discrimination causées par le virus.

Les demandes de financement canadien seront évaluées le plus rapidement possible, dans l’espoir que les chercheurs puissent se mettre au travail avant la fin du mois.

Une exigence inhabituelle sera imposée aux bénéficiaires des bourses de recherche: ils devront assister à des réunions avec d’autres chercheurs mondiaux pour poursuivre l’approche coordonnée de la lutte contre le virus.

«Cette épidémie est un test de solidarité - politique, financière et scientifique», a affirmé mercredi le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

«Nous devons nous unir pour combattre un ennemi commun qui ne respecte pas les frontières, nous assurer que nous avons les ressources nécessaires pour mettre fin à cette épidémie et mettre nos meilleures connaissances au premier plan pour trouver des réponses communes à nos problèmes communs.»

La communauté internationale se réunira à nouveau dans quelques mois pour voir s’il y a des lacunes dans la recherche.

Alors que la grande majorité des cas confirmés de Covid-19 se trouvent en Chine, la communauté des chercheurs a convenu que le monde devait se préparer à ce que l’épidémie déborde des frontières du pays.

«Nous ne savons pas comment cela va se dérouler, c’est pourquoi nous ne pouvons pas nous arrêter à ce stade», a déclaré Mme Kaushic. «Nous devons continuer en gardant en tête le pire des scénarios.»