Félix Auger-Aliassime célèbre après avoir gagné son duel face au Français Corenti Moutet.

Félix Auger-Aliassime accède au troisième tour à Wimbledon

LONDRES — Félix Auger-Aliassime et Milos Raonic ont atteint le troisième tour au tournoi de Wimbledon, mercredi.

Le Québécois a pris la mesure du Français Corentin Moutet 6-3, 4-6, 6-4, 6-2 en trois heures et deux minutes au deuxième tour sur le court no 3 du All England Club.

Moutet aurait pu surprendre Auger-Aliassime, mais il n’a converti que deux de ses 14 balles de bris. Pour sa part, Auger-Aliassime a brisé le 84e joueur mondial à cinq reprises, en route vers la victoire.

Le tennisman âgé de 18 ans affrontera au tour suivant un autre Français, Ugo Humbert, qui est classé 66e au monde. Humbert a évincé l’Espagnol Marcel Granollers 6-4, 7-6 (3), 7-5.

Une autre victoire, et Auger-Aliassime pourrait retrouver dans son chemin le champion en titre Novak Djokovic. Cependant, il ne s’en fait pas trop avec ça, pour l’instant.

«Je me souviens être âgé de 10 ans quand je disputais mes premiers matchs à l’étranger. J’étais nerveux, a raconté Auger-Aliassime. Vous apprenez à gérer le stress et la pression quand vous êtes encore très jeunes.

«Les moments stressants varient selon l’étape à laquelle vous êtes rendus dans votre carrière. C’est un tournoi du Grand Chelem. Peut-être qu’un jour, je jouerai en finale d’un de ces tournois et je serai certainement très nerveux. Vous ne pouvez pas ignorer ces émotions, vous devez simplement les gérer.»

En date de mercredi soir, les preneurs au livre britanniques classaient Auger-Aliassime quatrième favori pour gagner le tournoi, à 25 contre 1. Les trois favoris devant lui? Djokovic, Roger Federer et Rafael Nadal. Une réalité bien étonnante quand on pense qu’Auger-Aliassime avait disputé un seul match de tableau principal en Grand Chelem en carrière avant cette semaine, et l’avait perdu.

«Je sais que si je gagne, je pourrais affronter Novak. Mais il y a un match à jouer avant et c’est déjà assez compliqué quand vous êtes sur le terrain. Vous ne voulez pas vraiment penser aux différents scénarios possibles», a noté Auger-Aliassime.

Un peu plus tôt, Raonic a vaincu le Hollandais Robin Haase 7-6 (1), 7-5, 7-6 (4), lui permettant ainsi d’enregistrer une deuxième victoire d’affilée en sets consécutifs.

Milos Raonic a vaincu le Hollandais Robin Haase 7-6 (1), 7-5, 7-6 (4) mercredi, lui permettant ainsi d’enregistrer une deuxième victoire d’affilée en manches consécutives.

Raonic, qui fut finaliste à Wimbledon en 2016, affrontera au prochain tour le géant américain Reilly Opelka. La 63e raquette au monde a surpris le Suisse Stanislas Wawrinka en début de journée.

L’Ontarien, qui a été ralenti par de nombreuses blessures au fil de sa carrière, a demandé l’intervention d’un thérapeute pour une blessure au bas de la jambe gauche alors qu’il tirait de l’arrière 5-4 au troisième set. Même s’il a semblé souffrir par la suite, il a tout de même pu finir le boulot en trois sets.

«Nous verrons comment je me sentirai à mon réveil demain, mais je crois que ça ira», a confié Raonic.

Raonic a effacé un déficit d’un bris pour s’adjuger le premier set au bris d’égalité, puis il a contrôlé le reste de la rencontre avec son puissant service.

32 as

Le Canadien a réussi 32 as, contre neuf pour Haase. Il a aussi enregistré 64 coups gagnants, contre 37 pour le Hollandais.

«J’aurais aimé être plus efficace dans certains aspects de mon jeu, à certains moments précis du match, lorsque des occasions d’être plus agressif se présentaient», a expliqué Raonic.

«Mais, vous savez, le rythme d’un match varie souvent dans un tournoi majeur, et je suis reconnaissant d’avoir pu tirer le maximum de ces moments importants pendant les trois premiers sets», a-t-il ajouté.

Raonic, la 15e tête de série, a ainsi atteint le troisième tour à Wimbledon pour une troisième année de suite.

En double, le Vancouvérois Vasek Pospisil et l’Australien Matthew Ebden ont réussi leur entrée en scène en défaisant les Serbes Dusan Lajovic et Filip Krajinovic 6-3, 6-2, 6-2.

La compatriote de Pospisil, l’Ontarienne Gabriela Dabrowski, et sa partenaire chinoise Yifan Xu ont quant à elles infligé une défaite de 6-1, 6-3 à la Tunisienne Ons Jabeur et la Hongroise Fanny Stollar.

Dabrowski a aussi appris mercredi qu’elle sera la troisième tête de série en double mixte avec son partenaire croate Mate Pavic. Dabrowski et Pavic, qui disposeront d’un laissez-passer au premier tour, viennent d’encaisser une défaite en finale des Internationaux de France.

+

LA BALADE DE DJOKO

Novak Djokovic n'a mis qu'une heure et demie pour battre l’Américain Denis Kudla.

Le N.1 mondial Novak Djokovic semble parfaitement lancé à Wimbledon, qualifié mercredi pour le troisième tour, tout comme la sensation Cori Gauff, qui a de nouveau gagné, dégageant une impression déconcertante de facilité à seulement 15 ans.

Son coup d’arrêt il y a un mois à Roland-Garros, sorti en demi-finale par Thiem à deux matchs d’un quatrième Grand Chelem de suite, n’est vraiment plus qu’un lointain souvenir. Le Serbe, tête de série N.1 et tenant du titre à Londres, ne tolère d’ailleurs vraiment plus l’approximation en Grand Chelem, et son match face à l’Américain Denis Kudla (111e) n’a fait que renforcer cette impression d’investissement total en Majeur.

Et s’il voulait se régler sur herbe comme il l’avait dit avant le tournoi, on peut estimer que les réglages sont faits. Une victoire en une heure et demie, nette et sans bavure.

«Je suis content de mon jeu. Il y a eu des moments ou j’aurais pu mieux faire. Mais j’ai délivré une performance solide. Mes ambitions sont élevées ici», a expliqué le Serbe, quadruple vainqueur à Londres. Il n’avait pas forcément besoin de le dire.

Djoko peut aussi se rassurer en jetant un œil sur le tableau, avec une voie qui semble déjà presque tracée pour la finale sauf accident, et s’il continuer à jouer de cette façon.

Anderson se chauffe

Feliciano Lopez, récent vainqueur du Queen’s, son deuxième trophée sur herbe arraché à 37 ans, n’a pas réussi trouver la clé au All England Club. Face au Russe Karen Khachanov, il n’a pu que l’embêter un petit set avant de céder 4-6, 6-4, 7-5, 6-4.

Stan «The man» Wawrinka nourrissait lui quelque appréhension avant son match face au colosse Reilly Opelka (2,11 m). Le type de joueur que pas grand monde n’aime croiser sur gazon, malgré la modeste 63e place mondiale de l’Américain. Il n’avait pas tort. Il a tenu cinq sets, encaissé 23 as, avant de craquer et de céder son service à 6-7 dans la dernière manche (7-5, 3-6, 4-6, 6-4, 8-6).

«Ce n’est pas facile (d’affronter de grands joueurs et de gros serveurs, ndlr). Vous savez que vous n’allez avoir que très peu d’occasions. Mais il a été plus fort que moi», a reconnu le Suisse.

Kevin Anderson, le finaliste sortant, est lui aussi à classer dans cette caste de serveurs redoutables sur gazon. Et malgré son manque de matchs cette saison en raison d’une blessure au coude, le Sud-Africain tombeur de Roger Federer en quart de finale l’année dernière, semble retrouver ses marques. Il s’est qualifié sans trop de problème face au Serbe Janko Tipsarevic 6-4, 6-7 (5/7), 6-1, 6-4. Il retrouvera l’Argentin Guido Pella, plutôt spécialiste de la terre battue.

Gauff bluffante 

La jeune Américaine Cori Gauff (313e) a décidément quelque chose en plus. Après son exploit historique du premier tour et sa victoire face à Venus Williams, l’adolescente native d’Atlanta a récidivé. Elle n’a fait qu’une bouchée de l’ex-demi-finaliste de l’édition 2017 Magdalena Rybarikova au deuxième tour, balayée 6-3, 6-3.

La voilà donc au troisième tour de Wimbledon à seulement 15 ans et 3 mois, désormais assurée d’intégrer le top 200 à l’issue du tournoi après cette troisième victoire sur le circuit principal. «Je pense que je peux battre n’importe qui», a-t-elle assurée, gorgée de confiance. La Slovène Polona Hercog (60e), sa future adversaire, est prévenue.

La Tchèque Karolina Pliskova, tête de série N.3, n’a elle pas eu besoin de puiser loin dans ses ressources face à la Portoricaine Monica Puig (6-0, 6-4).

Et si le gazon n’est pas forcément la tasse de thé de Simona Halep (7e mondiale), après un premier tour laborieux, elle s’est sans doute rassurée en écartant sa compatriote Mihaela Buzarnescu 6-3, 4-6, 6-2. «C’est toujours dur sur gazon, mais c’était un match plus difficile que mon premier tour, donc c’est bien d’avoir gagné».  AFP