Étude sur le modèle d’affaires de la SAQ dévoilée en début semaine

Le gouvernement libéral dévoilera en début de semaine prochaine les conclusions de son étude sur l’évolution du modèle d’affaires de la Société des alcools du Québec (SAQ).

Le ministère des Finances a reçu vendredi les documents de l’analyse menée par la firme PricewaterhouseCoopers (PwC).

Après une modification dans le contrat initiale, l’analyse devait être déposée le 7 septembre. PwC avait toutefois demandé une prolongation de délai afin de peaufiner certains éléments.

«L’étude sera rendue publique au début de la semaine prochaine afin que tout le monde puisse avoir la même information», a confirmé Audrey Cloutier, l’attachée de presse du ministre des Finances, Carlos Leitão.

Au cours des derniers mois, les libéraux ont ouvert la porte à une possible privatisation de la SAQ. L’objectif de l’étude était justement de savoir si le modèle d’affaires de la société d’État «était toujours efficace».

L’analyse, qui a coûté 182 000 $, portait entre autres sur la performance de l’organisation et les scénarios d’évolutions possibles du modèle d’affaires, comme privatiser totalement — ou partiellement — la société d’État ou conserver la même recette.

Lorsqu’il a commandé l’étude, M. Leitão avait précisé qu’il souhaitait vouloir regarder les conséquences d’un tel changement «d’un point de vue de l’économie, de la santé publique, de la sécurité publique et pour les employés» avant de prendre position.

Le ministre des Finances affirmait notamment suivre certaines recommandations du rapport Robillard. Ce dernier recommandait de briser le monopole de la société d’État.

En mai dernier, la Coalition Avenir Québec s’est justement engagée à mettre un terme au monopole de la SAQ si elle formait le prochain gouvernement.

Du côté du Parti québécois, dans un récent article de La Presse, on indique vouloir conserver le même modèle d’affaires et faire un certain ménage dans les frais de gestion. 

Même son de cloche chez Québec solidaire, qui s’oppose à la privatisation, mais estime que la SAQ peut encore faire des gains dans ses finances.

Pour le premier trimestre de son exercice 2018-2019, la SAQ a réalisé des ventes de 754,7 millions $, soit une augmentation de 55,9 millions $ (8 %) par rapport au premier trimestre de l’exercice précédent. Jean-Michel Genois Gagnon