Étude: les joueurs fréquentant les salons de jeux de Loto-Québec dépensent plus

MONTRÉAL - Plus de 3000 $. Voilà la somme annuelle moyenne dépensée par les joueurs ayant fréquenté l’un des deux salons de jeux de Loto-Québec en 2018, selon une étude sur les jeux de hasard et d’argent au Québec, dévoilée jeudi par la Direction de santé publique de Montréal.

Cette somme - qui s’élève plus précisément à 3113 $ - est beaucoup plus élevée que les dépenses annuelles des joueurs d’appareils de loterie vidéo pendant la même période, qui s’élèvent à 2053 $. Les Québécois qui s’adonnent à la simple loterie, quant à eux, ont révélé des dépenses annuelles moyennes de 222 $.

Il existe actuellement deux salons de jeu au Québec: un dans la capitale provinciale et un autre à Trois-Rivières. Souvent décrits comme des «mini-casinos», ces endroits proposent notamment des machines à sous, des appareils de loterie vidéo et des jeux électroniques comme la roulette, le Black Jack et le Keno.

L’étude, réalisée par sondage téléphonique ou en ligne auprès de 10 005 répondants entre le 29 novembre 2017 et le 15 mars 2018, indique par ailleurs que 65,6 pour cent des adultes québécois se sont adonnés à une forme ou l’autre des jeux de hasard et d’argent en 2018, un pourcentage somme toute comparable à celui observé en 2012.

Elle conclut cependant que la pratique des jeux de hasard et d’argent en ligne a connu une hausse au Québec. Alors que la prévalence de cette forme de jeu était estimée à 1,5 pour cent dans une étude parue en 2012, elle est estimée à 5,2 pour cent dans l’étude actuelle.

L’étude s’est également intéressée à la variation de la participation aux jeux de hasard selon les régions. Elle révèle ainsi que c’est au Saguenay-Lac-Saint-Jean, en Abitibi-Témiscamingue, dans Lanaudière, dans la Mauricie-Centre-du-Québec et en Montérégie que l’on retrouve la plus grande proportion de joueurs. La région de Montréal compte quant à elle proportionnellement moins de joueurs que le reste du Québec.