«Épuisées», les infirmières de l'Outaouais suggèrent à la population d'aller en Ontario

Se disant carrément «épuisées», les professionnelles en soins de l’Outaouais en sont rendues à suggérer à la population de se tourner vers l’Ontario plutôt que vers les urgences des hôpitaux de Hull et de Gatineau.

Le coup d’éclat est apparu jeudi matin sur la page Facebook du Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais (SPSO), qui représente les infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO).

«ALERTE. Les professionnelles en soins de l’Outaouais sont fatiguées, épuisées, lit-on dans la publication. Le CISSSO les laisse tomber. Elles ont besoin de répit. Elles vous demandent de privilégier toutes les autres options possibles, notamment l’utilisation du réseau de la santé de l’Ontario, plutôt que de vous rendre aux hôpitaux de Hull et de Gatineau.»

Le président par intérim du SPSO, Patrick Guay, a fait savoir que selon des données obtenues en début de semaine, 53 quarts de travail demeuraient vacants sur diverses unités de l’Hôpital de Hull pour les journées de samedi et dimanche de la longue fin de semaine de la fête du Travail.

Pour l’Hôpital de Gatineau, le syndicat parle d’«une vingtaine de quarts vacants» uniquement pour l’urgence.

«Voyant ça, voyant la fin de semaine qui arrive, voyant le Festival de montgolfières en plus où on sait qu’il va y avoir immensément de personnes qui s’en viennent, nos professionnelles en soins nous ont demandé ce qui se passe», a relaté M. Guay.

Le SPSO dit avoir demandé à la direction du CISSSO si un plan d’action avait été élaboré pour répondre aux besoins de main-d’œuvre pour la fin de semaine, mais n’avoir obtenu aucune réponse.

En demandant à la population d’éviter les urgences des hôpitaux de Hull et de Gatineau quitte à se tourner vers l’Ontario, le SPSO se dit conscient «ça ne fera pas l’affaire» de la direction du CISSSO et du ministre responsable de la région, Mathieu Lacombe.

«C’est la solution qu’on a trouvée à courte échéance, a expliqué M. Guay. […] On croit qu’en annonçant une telle mesure, que ça va peut-être donner l’électrochoc que ça prend au ministre pour dire 'on doit s’asseoir en Outaouais et on doit trouver une solution qui va être permanente, une solution qui va être gagnante autant pour la population que pour nos infirmières, nos infirmières auxiliaires et nos inhalothérapeutes'.»

Mercredi, le SPSO avait dénoncé une dégradation des conditions de travail observée «depuis plusieurs années». Le syndicat affilié à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) a aussi déploré le recours massif aux heures supplémentaires — obligatoires ou non — au CISSSO.

Selon Patrick Guay, la situation a été particulièrement difficile cet été à l’urgence de l’Hôpital de Gatineau. Le syndicat réclame d’ailleurs une rencontre d’urgence avec la direction du CISSSO et le ministre responsable de la région, Mathieu Lacombe, pour demander que l’urgence de l’Hôpital de Gatineau puisse profiter de «ratios sécuritaires» comme ceux implantés sous forme de projet pilote à l’Hôpital de Hull.

Le ministre Lacombe s’est dit ouvert à s’asseoir avec le SPSO, tandis que le CISSSO a indiqué qu’une rencontre avec le syndicat aura lieu à une date indéterminée.