Yan Arsac et Cydrick Dion-Tardif ont été arrêtés à la fin de la manifestation de jeudi soir à Québec.

Deux manifestants à l’ombre pour le reste du G7

Deux manifestants arrêtés jeudi soir à la fin de la manifestation en haute ville ont comparu par vidéoconférence vendredi matin pour être accusés notamment de possession de matières incendiaires. Ils passeront le reste du G7 en prison.

LIRE AUSSI: Trois arrestations durant la manif anti-G7 de jeudi

Yann Arsac, 24 ans, de Québec, a été accusé de possession de matières incendiaires, soit du combustible à fondue et à briquet, de bouteilles vides et de chaussettes, dans le but de commettre un acte criminel. Pour les mêmes items, il est aussi accusé d’avoir eu en sa possession des matières explosives. Arsac est également accusé de possession d’arme dans un dessein dangereux.

Cydrick Dion-Tardif, 32 ans de Québec, a été accusé de possession d’arme dans un dessein dangereux, possession de drogue et deux bris de promesse.

En 2016, Dion-Tardif a écopé de 22 mois de prison pour du trafic de Fentanyl.

La Couronne s’est opposée pour l’instant à la remise en liberté des deux hommes. Ils reviendront à la cour lundi. «Le ministère public a demandé à la police un complément d’enquête, a précisé Me Geneviève Lacroix, procureur de la Couronne. Le risque de récidive est le principal motif invoqué pour s’opposer.»

À la demande de la poursuite, le juge Steve Magnan de la Cour du Québec a interdit aux deux hommes de communiquer entre eux. «Ce sont peut-être de présumés complices, je l’apprends à l’instant, a indiqué leur avocat, Me Didier Samson. On va démêler tout ça.»

Un troisième individu de 36 ans,arrêté pour des menaces formulées sur Internet, comparaîtra en cour municipale à Charlesbourg.