Deux accidents ont eu lieu mercredi matin au même endroit où une mère et sa fille ont perdu la vie l’an dernier, soit au kilomètre 107 de la route 155.

Deux accidents au même endroit de la route 155

La Tuque­ — Un an presque jour pour jour après l’accident de la route qui a coûté la vie à une mère et sa fille le 4 janvier 2017, la courbe du kilomètre 107 de la route 155 a été le théâtre de deux accidents, mercredi matin. Heureusement, les autorités dénombrent qu’un seul blessé mineur. Une situation qui a vivement fait réagir le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.

«On passe encore proche d’une tragédie, c’est inacceptable. C’est extrêmement problématique. Cette courbe-là doit être réparée. Le ministère des Transports (MTQ) doit mettre les bouchées doubles et devancer les travaux. Ils ne peuvent pas risquer la vie des gens et faire de la gestion de risques avec un endroit aussi accidentogène que ça. On n’a pas l’intention d’arrêter de faire des pressions», a dénoncé M. Tremblay.

La Sûreté du Québec a confirmé que les deux collisions se sont produites coup sur coup en matinée mercredi. Un premier accident avec un blessé mineur et une collision avec des dommages matériels uniquement.

Rappelons qu’avant les Fêtes, le coroner Jean-Pierre Blais avait blâmé «l’inertie questionnable» du ministère des Transports du Québec en lien avec le décès accidentel de Stéphanie Deschamps, 38 ans et de sa fille de 10 ans, Lexann Montpetit, en janvier 2017.

Depuis déjà un bon moment, les usagers et les dirigeants de la Ville de La Tuque multiplient les efforts pour faire avancer le dossier au ministère des Transports. En février 2017, le MTQ a confirmé qu’il y aurait des travaux sur le tronçon qui cause bien des maux de tête. Le plan avait été présenté à la famille des victimes, à la Sûreté du Québec et à la Ville de La Tuque, mais les travaux se font toujours attendre.

«On va relancer le dossier. On veut un nouveau calendrier et on veut un suivi beaucoup plus serré. Je leur ai dit de ne pas attendre qu’il arrive autre chose. […] Il ne doit plus y avoir de tragédie à cet endroit-là avec des blessés graves ou des morts qu’on ne sera pas capable d’accepter. Sinon, avec le travail qu’on fait à l’heure actuelle, ce sont eux qui porteront l’odieux de ça s’ils ne sont pas capables de prendre les décisions et de débloquer du budget», a lancé le maire de La Tuque.

Ce dernier a même offert son aide au MTQ lors de leur dernière rencontre le 11 décembre dernier concernant les quelques expropriations qui devront être faites pour réaliser le projet. Pierre-David Tremblay veut des travaux dans un avenir rapproché. «Je leur ai dit que, s’ils n’étaient pas capables d’aller plus vite, je pourrais rencontrer les propriétaires. Ils doivent se mettre en quatrième vitesse et travailler pour éviter qu’on vive un autre drame. […] Je ne peux quand même pas aller faire la circulation là, bien que je serais tenté de le faire. Il va falloir une pancarte, courbe dangereuse, pont dangereux, chaussée dangereuse… Veuillez ralentir? Ils doivent procéder aux travaux. Je vais dénoncer chaque problématique», a conclu le maire.