Les régions de Toronto, d’Ottawa et de l’Est ontarien jusqu’à Hawkesbury, et de Montréal ont été touchées par des vols de véhicules luxueux.

Des véhicules volés à Ottawa, vendus en Afrique

Une coalition policière a démantelé un réseau spécialisé dans le vol de véhicules luxueux en Ontario et au Québec, et leur exportation clandestine en Afrique.

Le vol de centaines de véhicules utilitaires sport (VUS) semblait être un jeu d’enfants pour ses auteurs.

Les victimes semblent toutes avoir commis la même erreur, soit de laisser leur clé à télécommande à trop courte distance de leur véhicule, même si elle était laissée à l’intérieur de la maison, la nuit.

« Les prévenus utilisaient une application utilisée par les concessionnaires pour remplacer les porte-clés à télécommande perdus, explique le surintendant de la Police provinciale de l’Ontario (PPO), Bryan Mac Killop. Les malfaiteurs reprogrammaient des porte-clés de rechange ou des porte-clés provenant d’autres véhicules, ce qui leur permettait de filer au volant d’un véhicule volé sans déclencher l’alarme. Ils entraient par effraction dans chaque véhicule visé avant de synchroniser le porte-clés à télécommande d’un autre véhicule au moyen de l’application. »

Bryan MacKillop, de l’OPP, et l’inspecteur Louis Benoit de la police de Laval, ont fait le point sur le projet Shildon qui a permis de démanteler un réseau de vol de véhicules de luxe.

Les régions de Toronto, d’Ottawa et de l’Est ontarien jusqu’à Hawkesbury, et de Montréal ont été touchées.

Des concessionnaires automobiles comptent aussi parmi les victimes.

Saisie

La PPO a coordonné le projet Shildon, saisissant 97 véhicules et une quantité indéterminée de stupéfiants, ces derniers jours.

Les criminels préparaient la livraison des VUS à partir du port de Montréal. Un des voleurs présumés, Charles Ohri Belhumeur, 22 ans de Laval, vantait par ailleurs ses exploits. Il avait accroché, chez lui, une photographie de lui-même avec trois véhicules volés.

La police de Laval a exécuté 4 mandats d’arrestation, et la police de Montréal, 10 autres, le 10 décembre dernier. Une des arrestations s’est produite au terme d’une poursuite policière, alors qu’un des suspects a fait une embardée avec un VUS dérobé.

Les 20 accusés sont des résidents de la région de Montréal. Ils doivent répondre à un total de 350 chefs d’accusation.

Selon les responsables de l’enquête, le réseau a perpétré environ 500 vols de véhicules.

« Il y avait parfois plusieurs vols simultanés. Cela durait depuis des années, alors que deux groupes étaient actifs », a expliqué le surintendant Mac Killop.

Les corps policiers de Laval, d’Ottawa et de York ont aussi participé à l’enquête. Ces villes ont été touchées par le réseau, bien organisé.

Les véhicules arrivaient par conteneurs en Afrique, mais aussi Moyen-Orient. Les VUS et camionnettes de marque Ford, Lexus et Toyota étaient les principales cibles. La valeur des véhicules se situe entre 60 000 $ et 100 000 $ chacun.

« Puisque ces véhicules haut de gamme ne sont pas disponibles dans ces pays, les preneurs sont prêts à payer le double de ce qu’ils valent, sans savoir souvent qu’ils ont affaire à des véhicules volés », a précisé le surintendant Mac Killop.